Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

TRIBUNE

Lorsque leurs intérêts ou de fortes sommes d’argent  sont en jeu, les magistrats burkinabè savent faire preuve d’une extraordinaire célérité ! C’est ainsi qu’ils ont attrait l’Etat burkinabè en justice pour exiger la cessation des retenues sur salaires pour fait de grève.   C’est un bien mauvais procès.

Si les magistrats ont été purement et simplement déboutés dans certains tribunaux, ils se sont livrés à un spectacle pour le moins burlesque dans d’autres comme ce fut le cas le 17 avril dernier au tribunal administratif de Ouagadougou où le juge qui a tranché l’affaire  était lui-même concerné ; son salaire  ayant subi une retenue. Vous avez dit impartialité et bonne administration de la justice ?

Ce comportement n’honore guère les magistrats quand on sait qu’ils sont les chouchous de la République avec  les faramineux émoluments qui leurs sont servis chaque mois. Arrachée de haute lutte, l’indépendance de la justice  doit contribuer à une gouvernance vertueuse dans notre pays. Les magistrats doivent être les premiers à en donner l’exemple. Cette indépendance ne doit pas  servir d’épouvantail que  certains  peuvent brandir à tout bout de champs pour se remplir les poches en ignorant royalement la misère de la majorité des Burkinabè. 

En matière de  traitement salarial, la loi est claire. Tout salaire est fondé sur le principe du service fait. Il y a  exception en  cas d’autorisation d’absence ou de congés. En dehors de ces cas, l’agent public dont le magistrat, n’a droit à une rémunération que lorsqu’il y a la preuve de service fait. La grève étant une cessation du service, cette base est suffisante pour opérer des retenues sur le salaire d’un agent en grève.  

Pour les retenues, les seuils sont régis par le décret n°2008-741 / PRES / PM / MTSS / MEF / MFPRE / MJ / DEF du 17 novembre 2008 portant cessions, saisies et retenues sur les rémunérations et pensions de retraite des agents publics de l’Etat, des magistrats, des militaires et des travailleurs salariés du secteur privé. L’article 3 précise que les rémunérations et pensions sont saisissables suivant certaines proportions : du SMIG à 75 000 (33,33%), 75 001 à 100 000 (40%), 100 001 à 200 00 (45%), 200 001 à 300 000 (50%). Au-delà de 300 000 F (55%).

Les magistrats ayant tous un salaire qui va au-delà de 300 000F, le seuil légal est donc de 55%. Chez certains travailleurs, ce principe a été appliqué. Pourquoi ne le serait-il pas au niveau des magistrats ? Tout simplement parce qu’ils ont la force du droit avec eux ?  Tous les citoyens naissant libres et égaux en droit et en dignité, la loi doit s’appliquer à tous sans  discrimination. Les magistrats sont des privilégiés ayant obtenu des avantages sans commune mesure. Ils ne doivent pas verser dans la surenchère ou pousser des cris d’orfraie quand on veut leur appliquer la rigueur de la loi. La démocratie et la bonne gouvernance supposent une juste répartition des fruits de la croissance. 

Après toutes les affres que le Burkina Faso a  connues depuis l’insurrection, il ne peut pas se retrouver sous la dictature des hommes en robes. L’opinion a du mal à comprendre pourquoi les magistrats sont si alertes lorsqu’il s’agit de leurs intérêts  alors que, paradoxalement,  de nombreux dossiers emblématiques continuent à dormir dans les tiroirs de la justice. 

Il faut un véritable aggiornamento au niveau de la justice pour redorer l’image de ses animateurs.  Profiter de la faiblesse de l’Etat pour s’octroyer des faveurs est moralement condamnable.  Dans le Burkina Faso  nouveau à construire, chaque citoyen doit accepter consentir des sacrifices car le pays est confronté à de multiples défis.  En  creusant davantage le fossé entre « privilégiés » et « damnés »,  nous contribuons consciemment ou inconsciemment à  réunir les conditions d’une déflagration sociale.  Après le printemps des juges acquis, l’ère des juges repus ? 

Jérémie Yisso BATIONO

Enseignant chercheur

Ouagadougou 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir