Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie
Burkina: l'ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend officiellement les rênes de la Caisse des dépôts et consignations
Soudan: le régime militaire annonce avoir déjoué une «tentative de coup d’État»
Paludisme: «La tendance de la mortalité est en baisse» au Burkina Faso (AIB)
Coopération: le Burkina Faso et le Niger signent un accord pour le développement de leur zone frontalière (AIB)
Madagascar: adoption d’une loi sur le recouvrement des avoirs illicites
G5 Sahel: l’Union européenne renouvelle son soutien à l’institution
Médias: le CSC dispose désormais d'un nouveau matériel de contrôle pour le monitoring

TRIBUNE

En cette journée mémorable du 8 mars, retenue pour célébrer la Femme, et surtout pour réfléchir sur ses droits, mes pensées vont d’abord à toutes celles que j’appelle dans mon travail pictural les AMAZONES de L’OMBRE, et qui ne sont plus de ce monde. Leurs contributions multiformes, émanant de personnalités connues ou d’illustres anonymes, ont innervé les luttes ayant conduit au choix de cette date historique, qui revêt une très profonde signification. 

Ce relais qui nous a été transmis, doit nous amener à plus d’abnégation dans le travail, à la persévérance et surtout à œuvrer à inculquer des valeurs civiques solides à la génération montante, afin de transmettre à notre tour l’héritage reçu.  

Nous nous devons de garder à l’esprit que notre passage sur terre est une mission que nous avons l’obligation, individuellement et collectivement, de réussir pour l’humanité.

Cependant, nous ne devons pas perdre de vue qu’en dépit des nombreux défis qu’il nous incombe de relever en priorité, c’est ensemble, avec les hommes, que la lutte doit se mener. En cela, je salue ces défenseurs chevronnés qui, à nos côtés, contribuent à écrire d’une manière remarquable des actions dans les pages de l’histoire de la lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants. 

Je me réjouis de ce que la création de la plasticienne que je suis ait été appréciée, retenue par le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, et imprimée comme logo sur les pagnes du 8-Mars 2019. J’ai à cœur de partager cette bonne nouvelle avec mes filles, sœurs et mères du Burkina Faso et de la diaspora.

En tant que femme artiste, je tiens à remercier l’ensemble des acteurs du ministère chargé de la Femme, qui a placé sa confiance en ma modeste personne, et qui me permet ainsi d’apporter ma petite contribution à l’atteinte des objectifs de cette journée.

Au-delà de ma personne et de la fierté que j’éprouve de voir mon œuvre d’artiste ainsi valorisée, je me fais le devoir de m’incliner devant la mémoire de nos vaillants éléments des Forces de défense et de sécurité qui sont tombés pour la sauvegarde de notre très chère patrie. Mes pensées et ma compassion vont également à leurs épouses et enfants.

Dieu bénisse le Burkina Faso  

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé