Aujourd'hui,
URGENT
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain

TRIBUNE

En cette journée mémorable du 8 mars, retenue pour célébrer la Femme, et surtout pour réfléchir sur ses droits, mes pensées vont d’abord à toutes celles que j’appelle dans mon travail pictural les AMAZONES de L’OMBRE, et qui ne sont plus de ce monde. Leurs contributions multiformes, émanant de personnalités connues ou d’illustres anonymes, ont innervé les luttes ayant conduit au choix de cette date historique, qui revêt une très profonde signification. 

Ce relais qui nous a été transmis, doit nous amener à plus d’abnégation dans le travail, à la persévérance et surtout à œuvrer à inculquer des valeurs civiques solides à la génération montante, afin de transmettre à notre tour l’héritage reçu.  

Nous nous devons de garder à l’esprit que notre passage sur terre est une mission que nous avons l’obligation, individuellement et collectivement, de réussir pour l’humanité.

Cependant, nous ne devons pas perdre de vue qu’en dépit des nombreux défis qu’il nous incombe de relever en priorité, c’est ensemble, avec les hommes, que la lutte doit se mener. En cela, je salue ces défenseurs chevronnés qui, à nos côtés, contribuent à écrire d’une manière remarquable des actions dans les pages de l’histoire de la lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants. 

Je me réjouis de ce que la création de la plasticienne que je suis ait été appréciée, retenue par le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, et imprimée comme logo sur les pagnes du 8-Mars 2019. J’ai à cœur de partager cette bonne nouvelle avec mes filles, sœurs et mères du Burkina Faso et de la diaspora.

En tant que femme artiste, je tiens à remercier l’ensemble des acteurs du ministère chargé de la Femme, qui a placé sa confiance en ma modeste personne, et qui me permet ainsi d’apporter ma petite contribution à l’atteinte des objectifs de cette journée.

Au-delà de ma personne et de la fierté que j’éprouve de voir mon œuvre d’artiste ainsi valorisée, je me fais le devoir de m’incliner devant la mémoire de nos vaillants éléments des Forces de défense et de sécurité qui sont tombés pour la sauvegarde de notre très chère patrie. Mes pensées et ma compassion vont également à leurs épouses et enfants.

Dieu bénisse le Burkina Faso  

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé