Aujourd'hui,

Claude Wetta, SG du Ren-Lac

TRIBUNE

«La fin d’une année constitue une occasion pour marquer une halte afin d’observer le chemin parcouru mais aussi et surtout pour mieux se positionner dans l’avenir.


L’année 2016 aura connu de multiples révélations de scandales de corruption et de malversations qui n’honorent pas les dirigeants actuels de notre pays. Il s’agit  de l’affaire des tablettes données aux membres du Gouvernement par la société HUAWEI, qui ont atterri pour une partie dans l’escarcelle de nos honorables députés. Comme pour faire dans la provocation, les députés viennent de se distribuer un bonus d’un million de FCFA chacun. Le communiqué émanant de la direction de la communication du parlement constitue la preuve tangible de ce dernier forfait.
Pour demeurer dans le factuel, les rapports d’enquêtes parlementaires ont révélé de mauvaises pratiques dans le secteur minier et dans la gestion du foncier urbain. Ces différentes  révélations montrent que le chemin à parcourir pour contrer la corruption reste encore long et parsemé d’embuches. 

A contrario, la profonde indignation qu’ont suscité les enquêtes parlementaires sur les mines et sur le foncier, tout récemment «l’affaire des tablettes» qui a fait reculer les honorables députés et celle encore brulante des millions de F CFA distribués, laisse présager d’une culture naissante de veille citoyenne au Burkina Faso. Cette veille qui se cristallise autour de la lutte contre la corruption garantira une gestion transparente dans la gestion de la chose publique au Burkina Faso mais plus globalement des crimes économiques et de sang !

Concitoyennes et concitoyens
L’année qui s’est achevée a marqué la dernière année du Plan stratégique 2013 – 2016 que nous avons vaillamment conduit à bon port tant les défis étaient nombreux. Désormais, il va falloir tout mettre en œuvre pour préserver ces acquis que certains esprits retors tentent de remettre  en cause dès qu’une occasion se présente.  Sur le plan du déni des acquis de la lutte anti-corruption, les propos du président de l’AN Salif Diallo tenus le 14 décembre 2016 lors de la séance plénière d’examen du budget de l’Etat session 2017,  sur le statut de l’ASCE-LC sonnent comme une velléité de remise en cause d’un acquis important dans cette lutte.

Il a clairement laissé percevoir son intention de relecture de la loi organique régissant cette Institution. Il appartient donc au peuple de veiller au grain afin que les acquis juridiques et institutionnels en matière de lutte contre la corruption chèrement conquis ne puissent être remis en cause par qui que soit.
2017 sera la première année d’implémentation  du plan stratégique 2017-2020. Le REN-LAC  a prévu dans ce plan,  d’ouvrir un vaste chantier prenant en compte la mobilisation citoyenne pour rejeter la corruption et pour la traquer dans toutes les sphères de l’administration publique et de l’économie nationale. Les actions à venir sont inscrites dans quatre (4) axes stratégiques qui se déclinent comme suit :

-    L’éveil des consciences et la mobilisation citoyenne.
-    Le contrôle de l’action publique.
-    La lutte contre l’impunité des crimes économiques.
-    Le développement institutionnel et renforcement organisationnel du Réseau.

Il s’agira de consolider les acquis comme l’engagement des citoyens à participer au contrôle de l’action publique et à soutenir la lutte contre l’impunité, notamment celle des crimes économiques. Les activités prévues illustrent la volonté de notre structure de rassembler et d’engager tous les burkinabé dans la lutte contre la corruption et l’impunité, véritable gangrène de notre société. Pour réussir ce challenge, le REN-LAC ambitionne de développer son action sur les trois quart (3/4) du territoire national avec la création de nouveaux comités régionaux anti-corruption (CRAC).

Concitoyennes et concitoyens
Il devient impératif, pour le développement du Burkina Faso que la démocratie et la bonne gouvernance aient pignon sur rue et que des valeurs telles que l’intégrité, l’honnêteté, la transparence soient appropriées par tous. Je puis vous assurer, au moment où mon message tire vers sa fin, de la détermination du REN-LAC à s’impliquer davantage et résolument dans la lutte contre la corruption et  l’impunité.

Convaincu de l’importance de la lutte contre la corruption, je formule les vœux  que pour 2017, les dirigeants se hissent au niveau des aspirations de notre peuple pour faire montre d’exemplarité dans la conduite des affaires de l’Etat. Quant au peuple, nous ne doutons pas un instant, que les populations poursuivront avec esprit de suite la veille citoyenne.

Au nom du REN-LAC, je vous souhaite à toutes et à tous, des vœux de santé, de bonheur, de joie, de prospérité, de longévité et de paix pour l’année 2017.
Bonne et heureuse année 2017 !»

Le Secrétaire Exécutif

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Jugez-vous important de mettre en place au Burkina un gouvernement paritaire Hommes-Femmes pour une meilleure représentativité des femmes dans les centres de décision?

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé