Aujourd'hui,
URGENT
Justice: «Le gouvernement espère un traitement diligent» du dossier Norbert Zongo (Rémis Dandjinou, porte parole).
Burkina: l’hebdomadaire Conseil des ministres est prévu pour ce jeudi 14 décembre 2017.
G5 Sahel: Roch Marc Christian Kaboré se rend à Paris le 13 décembre 2017 pour prendre part à une réunion internationale.
politique: démission de Larba Yarga, 2ème secrétaire adjoint aux affaires juridiques chargé du contentieux électoral du BPN du MPP.
Cinéma: «Thom» de Tahirou Ouédraogo meilleur film au festival Toukountchi
Etats-Unis:  explosion à New York, 4 blessés aucune perte en vie humaine, «une tentative d'attentat terroriste» selon le maire
11-Décembre: 5 000 défilants dont 1 700 militaires, paramilitaires et 3 300 civils ont pris part à la parade du 11-décembre 2017 à Gaoua 
11-Décembre: "Nous avons la responsabilité de bâtir ensemble une Nation prospère et respectée"(Roch Kaboré)
11-Décembre: "La réconciliation nationale reste un enjeu majeur que nous devons réussir, dans l’intérêt supérieur de la Nation"(Roch Kaboré)
Université: L'Aneb menace d'aller en grève du 21 au 22 décembre et de tenir un sit-in si la sanction de Bayan yenilo n'est pas levée 

TRIBUNE

Depuis l’an 2000, le continent africain a affiché d'impressionnants taux de croissance économique. Toutefois, cette performance remarquable a été en grande partie due à l’essor prolongé des matières premières et de l'aide au développement. Bien que le continent montre une grande diversité au niveau de la trajectoire socio-économique de ses pays, les taux de croissances ont généralement masqué une faible transformation structurelle pourtant nécessaire à la réalisation d’un développement durable et inclusif.

L’industrialisation a toujours joué un rôle moteur dans le processus de diversification économique. Elle a aussi contribué au développement, au renforcement et au maintien des conditions favorables à la croissance économique et au développement.
Depuis plusieurs décennies, certains pays en développement – principalement en Asie – ont réussi à s’industrialiser. L’Afrique n’y est pas parvenue malgré les tentatives répétées. En examinant les parts dans la valeur ajoutée manufacturière mondiale en 2014, on constate que la région de l'Asie et du Pacifique avait une part de 44.6%, alors que celle de l’Afrique n’était que de 1.6%. L'Afrique subsaharienne demeure la région la moins industrialisée du monde avec un seul pays, l’Afrique du Sud, considéré comme industrialisé.

Les pays africains ne peuvent pas parvenir au développement durable sans une transformation structurelle de leurs économies. Ils cherchent à changer les structures de leurs économies en augmentant, de manière substantielle, la part de l’industrie – en particulier leur secteur manufacturier – dans les investissements nationaux, la production nationale et le commerce.

Les pays africains réalisent qu’ils doivent subir cette transformation structurelle afin de relever une série de défis étroitement connectés.
Un de ces défis reste la croissance démographique. Plus de la moitié des 1.2 milliards d'habitants du continent est âgée de moins de 19 ans et près d'une personne sur cinq a entre 15 et 24 ans. Chaque année, 12 millions de nouveaux travailleurs intègrent la population active. Les jeunes du continent ont besoin d’outils et de compétences pour prendre leur vie en main. L’industrialisation est la clé pour assurer que la population croissante du continent devienne un atout démographique.

La migration représente un autre défi important. Un grand nombre des jeunes les plus ambitieux et les plus entreprenants de l’Afrique se sentent obligés d’émigrer vers le Nord. Aucun pays ne peut se permettre de perdre un tel potentiel. La migration demeure un phénomène complexe et l’industrialisation peut apporter une solution à ses causes profondes en créant des emplois dans les pays d'origine.

En outre, la menace posée par le changement climatique pèse lourdement sur les pays où l'agriculture est la principale source d'emploi. L’Afrique doit mettre en œuvre et développer des technologies vertes et orienter les investissements vers l'efficacité des ressources et l'énergie propre. Ces investissements peuvent diminuer les coûts liés à l'électrification des régions rurales tout en contribuant aux efforts globaux visant à atténuer le changement climatique.
L'Afrique doit s'industrialiser et elle doit le faire d'une manière qui permet l'intégration sociale et qui est viable pour l'environnement.

Les efforts précédents en vue de favoriser une transformation économique durable en Afrique ont échoué et il est absolument nécessaire d'adopter une nouvelle approche. Mais à présent, il est crucial d’établir un processus large et propre à chaque pays qui met à profit les ressources financières et non financières, favorise l’intégration régionale et mobilise la coopération entre les partenaires du développement en Afrique.
Il s’agit de la motivation derrière la décision de l'Assemblée générale des Nations Unies de proclamer la période 2016-2025 comme la troisième Décennie du développement industriel pour l'Afrique (IDDA III).

L'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) mène cette nouvelle approche pour l'IDDA III. Nous appuyons pleinement les partenariats en vue de mobiliser des ressources et offrons un exemple déjà éprouvées pour implémenter l’approche : Programme de partenariat pays (PCP).
Le PCP de l’ONUDI inclut une assistance technique, des conseils en matière de politiques, l’établissement de normes et la mobilisation d’investissements. Le Programme permet ainsi d’appuyer la conception et la mise en œuvre d’instruments et de stratégies en matière d'industrialisation capable de réaliser un impact significatif sur le développement des pays.

Lancé en 2014, le modèle est mis en œuvre avec succès dans deux pays d’Afrique, en Éthiopie et au Sénégal, ainsi qu’au Pérou. Le PCP est aligné sur le programme de développement national de chaque pays et constitue un modèle de partenariats multipartites. Il a été conçu pour établir des synergies au niveau des interventions en cours entre gouvernements et partenaires, et ce, tout en mobilisant des fonds et des investissements supplémentaires pour les secteurs à fort potentiel de croissance.

Le PCP se concentre sur un nombre restreint de secteurs prioritaires ou de domaines qui sont essentiels aux programmes de développement industriel des gouvernements. Les secteurs prioritaires sont généralement sélectionnés sur la base de leur potentiel de création d'emploi, de la disponibilité de matières premières, du potentiel d’exportation et de la capacité d’attirer des investissements.

L’approche PCP est conçue pour maximiser l'impact en créant des synergies entre des programmes et projets partenaires pertinents pour le développement industriel. Les partenariats stratégiques avec les institutions financières et les entreprises constituent un intérêt particulier en vue de mobiliser des ressources additionnelles pour l'industrie, l'innovation, et l'infrastructure ainsi que pour les connaissances, l'expertise et les technologies.

La participation d’autres pays africains à l’approche PCP pourra fortement contribuer à la mise en œuvre réussie de la troisième Décennie du développement industriel de l'Afrique. L’ONUDI est prête à appuyer l’Afrique dans leurs efforts pour parvenir au développement industriel inclusif et durable.


Distribution : CINU Ouagadougou

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir