Aujourd'hui,
URGENT
Football: les Étalons juniors se qualifient pour la phase finale de la Can U20 2019 en battant le Gabon par le score de 1 à 0
Burkina: 5 800 000 tonnes de céréales attendues pour la campagne agricole 2017-2018 (Ministre de l'agriculture)
CSC: Mathias Tankoano élu président, Aziz Bamogo à la vice-présidence
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects

TRIBUNE

Dans une récente interview accordée au quotidien Le Pays, le professeur Jean-Baptiste Kiethega, évoquant la question du parc animalier de Ziniaré, a révélé qu’il s’inscrivait dans le cadre d’un grand projet de musée, avec une partie zoologique, dont la mise en œuvre n’a pas été conforme au projet de départ. Même si l’on n’est pas en mesure de confirmer ou infirmer ces allégations, une chose est sure : le parc de Ziniaré a contribué durant ses années faste à l’éducation des enfants du Burkina Faso, ainsi qu’à la formation d’une culture touristique de la jeunesse Burkinabè.

Aujourd’hui, pour toutes les rares personnes qui ont conservé cette culture touristique et cette envie d’ailleurs et qui ont la chance de faire un tour au parc animalier de Ziniaré, il est vraiment impossible de retenir ses larmes à la vue de la souffrance de ces félins qui se meurent à petit feu, par la faute des combats détournées des hommes dans lequel ils n’ont rien à avoir !

Nous avons un vrai problème au Burkina Faso. C’est celui de confondre les causes publiques, derrière lesquelles se trouve l’intérêt général tant vanté par les politiciens, avec les causes individuelles qui ne sont que l’expression de nos haines et rancunes nées de la soif de pouvoir et de la prédation des maigres richesses nationales. Notre combat n’est plus Blaise Compaoré ! Et le savoir que nous sommes en train de soustraire aux millions d’enfants pauvres, qui concrétisaient leurs connaissances fauniques à seulement 300 francs CFA, traduit une fois de plus l’égoïsme des hommes politiques de ce pays qui ramènent tout le combat du développement de ce pays à leur propre personne.

Le parc de Ziniaré relève du patrimoine national et, désormais, du service public, pour sa contribution à la mise en œuvre du service public de l’éducation et de celui de la préservation et de la protection de l’environnement. Ce ne sont pas des questions discutables, mais des impératifs commandés par l’unité nationale. On a de la peine quand on entend les guident vous dire « ce ne sont pas seulement les animaux qui vont mourir de faim, mais nous-mêmes ne mangeons plus à notre faim ».

Si l’État n’est plus en mesure de prendre ses responsabilités vis-à-vis des animaux de ce parc qu’il rapatrie ces animaux dans leurs pays d’origine au lieu de les laisser mourir l’un après l’autre. Le grand python et d’autres animaux ont déjà perdu la vie. Les félins ont la peau sur les os et ce sera peut-être leur tour dans quelques semaines. C’en est trop! C’est un cri de cœur lancé aux ministères en charge de l’environnement, de l’éducation nationale, de la culture et des finances publiques. Il faut sauver le parc de Ziniaré d’une mort programmée !

Ousmane DJIGUEMDÉ
alias Ted TUINA
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé