Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

TRIBUNE

Poil à gratter de la vie politique au Burkina, Harouna Dicko s’était fait une réputation en attaquant la configuration des démembrements Ceni devant le Conseil constitutionnel qui lui avait donné raison, provoquant du même coup le report des municipales de 2006. Dans cette tribune, le candidat recalé à la présidentielle de 2010 se questionne sur l'avant projet de nouvelle Constitution remis au chef de l'Etat pour amendement.

«Dans son programme de candidat à la présidentielle de 2015, le Président Roch Marc Christian KABORE a promis l’adoption d’une nouvelle Constitution consacrant l’avènement de la cinquième République et, conformément à cette promesse, dès les mois qui ont suivi son entrée en fonction il a engagé un processus pour cela.

Aujourd’hui ce processus est toujours à l’étape de l’amendement de l’avant-projet de la nouvelle Constitution par le Président Roch KABORE.
Le texte de cet avant-projet innove en quelques points à l’objet d’une Constitution. Cependant, je me fais droit de poser une question parmi tant d’autres sur des dispositions de cet avant-projet de Constitution qui pour moi, sont des sujets à équivoque.
Dispositions :

Aux termes des articles 198, 200 et 201  de cet avant-projet, l’entrée en vigueur de la nouvelle Constitution de la cinquième République ouvre une transition de deux (02) ans pour la mise en place des nouvelles institutions et, les dispositions relatives aux mandats du Président du Faso, du Président de l’Assemblée Nationale et des députés sont d’application immédiate.

Question :
Le mandat du Président Roch KABORE et le mandat de la septième législature de la quatrième République seront-ils écourté ou prorogé selon la date de la tenue effective du référendum à venir ?

Juste pour ma compréhension. « Sokré la bangré »

Ouagadougou, le 25 juillet 2017
Harouna DICKO


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé