Aujourd'hui,
URGENT
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti
Burkina: près de 25 000 réfugiés bénéficient de l’asile (HCR)
HCR: 68,5 millions de personnes déracinées dans le monde à la fin 2017 (Rapport)

TRIBUNE

Poil à gratter de la vie politique au Burkina, Harouna Dicko s’était fait une réputation en attaquant la configuration des démembrements Ceni devant le Conseil constitutionnel qui lui avait donné raison, provoquant du même coup le report des municipales de 2006. Dans cette tribune, le candidat recalé à la présidentielle de 2010 se questionne sur l'avant projet de nouvelle Constitution remis au chef de l'Etat pour amendement.

«Dans son programme de candidat à la présidentielle de 2015, le Président Roch Marc Christian KABORE a promis l’adoption d’une nouvelle Constitution consacrant l’avènement de la cinquième République et, conformément à cette promesse, dès les mois qui ont suivi son entrée en fonction il a engagé un processus pour cela.

Aujourd’hui ce processus est toujours à l’étape de l’amendement de l’avant-projet de la nouvelle Constitution par le Président Roch KABORE.
Le texte de cet avant-projet innove en quelques points à l’objet d’une Constitution. Cependant, je me fais droit de poser une question parmi tant d’autres sur des dispositions de cet avant-projet de Constitution qui pour moi, sont des sujets à équivoque.
Dispositions :

Aux termes des articles 198, 200 et 201  de cet avant-projet, l’entrée en vigueur de la nouvelle Constitution de la cinquième République ouvre une transition de deux (02) ans pour la mise en place des nouvelles institutions et, les dispositions relatives aux mandats du Président du Faso, du Président de l’Assemblée Nationale et des députés sont d’application immédiate.

Question :
Le mandat du Président Roch KABORE et le mandat de la septième législature de la quatrième République seront-ils écourté ou prorogé selon la date de la tenue effective du référendum à venir ?

Juste pour ma compréhension. « Sokré la bangré »

Ouagadougou, le 25 juillet 2017
Harouna DICKO


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir