Aujourd'hui,
URGENT
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti
Burkina: près de 25 000 réfugiés bénéficient de l’asile (HCR)
HCR: 68,5 millions de personnes déracinées dans le monde à la fin 2017 (Rapport)

TRIBUNE

«Le mouvement syndical de notre pays a toujours piétiné des peaux de bananes politiques, surtout dans des moments difficiles et complexes. Mais il a su tenir dans le temps en cultivant de façon inlassable d’une part l’unité entre travailleurs-élèves-étudiants-paysans-secteur informel et, d’autre part, l’intégration véritable de notre peuple avec les autres peuples.


En effet, pour le premier cas, le contenu des cahiers de doléances déposés dans une cohésion syndicale chaque 1er mai auprès des autorités de notre pays l’atteste. En conséquence, l’Unité d’Action Syndicale (UAS) du Burkina Faso est reconnue et respectée, même au niveau des instances et organes internationaux notamment le Bureau International du Travail (BIT), comme un cas d’école syndicale.

Pour le deuxième cas, il est bien de rappeler qu’au lendemain des indépendances formelles de 1960, nos devanciers syndicaux de la Haute-Volta, en guise d’intégration des peuples africains ont accepté élire El Hadj Famory COULIBALY d’origine Guinéenne à la tête de l’Union Territoriale des Travailleurs Voltaïques (UTTV) section de l’UGTAN devenue Union Syndicale des Travailleurs Voltaïques (USTV). Il sera succédé par LY Mohamed Abdoulaye, d’origine Sénégalaise travaillant aux TP/Bobo ; Et cela, malgré toutes les manœuvres politiques de division (Cf décret N°331/PRES du 22/8/1960 du gouvernement d’antan).

Ce petit rappel pour signifier que les peaux de bananes seront toujours jetées sur le chemin de toute organisation combative ; Mais les armes efficaces et efficientes pour y faire face, c’est la cohésion, la solidarité et la clairvoyance des travailleurs tout en liant nos luttes syndicales à celles de notre peuple. En effet, la culture de la confusion, de la division et de la confrontation comme mode de gouvernance d’un niveau politique donné existeront toujours ! Que puis-je penser d’autre d’une expression du genre: «…la prochaine insurrection sera celle des paysans, de ces 40% contre tous les fonctionnaires réunis. Ce n’est pas un cas d’école, car cela s’est produit ailleurs.» venant d’une autorité ???

« Heureusement » que Son Excellence, Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, ait eu ce propos que je rappelle : « Un pays se construit par l’ensemble de ses fils », dans Sidwaya N°8443 du mardi 11 juillet 2017.

Un propos que je souhaite comprendre par « quel que soit le lieu où sévissent la misère et la pauvreté, l’Homme dans son ensemble devrait s’y attaquer avec conviction, compassion, esprit de sacrifice et altruisme pour ses semblables. ».

Donc, tout fonctionnaire à qui un « Homme fort du moment » demanderait d’utiliser les Pouvoirs d’Etat pour surveiller et/ou organiser des persécutions diverses à l’endroit de tiers, de se garder de participer à de telles dérives. Tôt ou tard, ce moment changera en emportant son « Homme fort », mais ces fonctionnaires, eux, devront assumer le fardeau de ces méthodes peu honorables qui mettent historiquement en jeu leur propre responsabilité et dignité.

En effet, quand une personne qui est foncièrement contre l’unité des travailleurs asperge d’éloges un dirigeant syndical, il est impérieux que celui-ci (ce dernier) se pose cette question : « quelle bêtise historique ai-je commise contre mes compagnons » ? Parce que l’éloge diffère du respect!
Chers camarades, il se peut que nous trébuchions, ou que même nous tombions ; sachons nous relever, nous redresser et nous maintenir dans la cohésion et la solidarité sur la voie juste et noble ! Notre conscience nous le reflètera un jour, en laideur ou en beauté, selon nos choix!»

Bassolma BAZIE
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir