Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

SPORT

En 1998, Giovanni Vincenzo Infantino dit Gianni Infantino venait au Burkina à la faveur de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) comme simple passionné de football. 21 ans plus tard, il revient comme président de la Fédération internationale de football et association (FIFA). Une visite à pas de course à Ouagadougou pendant laquelle il a été reçu en audience par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le 10 janvier 2019.

Accueilli chaleureusement par les autorités politico-administratives et  l’Union nationale des supporteurs des Étalons (UNSE) à l’aéroport international de Ouagadougou, le patron de l’instance internationale du football a été reçu par le président du Faso au palais de Kosyam. Au centre des échanges, la construction d’infrastructures et la formation pour la relance du football burkinabè. «Je remercie le président du Faso d’être à notre écoute et de faire partie avec nous de l’équipe de ceux qui aiment le développement du football, les jeunes, de ceux qui aiment investir dans le futur avec une vision très claire», a lâché M. Infantino à sa sortie d’audience.

L’augmentation des ressources financières pour toutes les fédérations, y compris la FBF, du nombre d’équipes participantes à la Coupe du monde, surtout celles de l’Afrique qui passent désormais à 9 (la 10e équipe disputera les matchs de barrage), sont des acquis majeures pour la nouvelle équipe de la FIFA fait remarquer Gianni Infantino. Ce qui veut dire donc qu’il y a plus de chances pour les équipes africaines de se qualifier pour la coupe du monde. Mais pour le patron de la FIFA, il faudra redoubler le travail. «Et pour se qualifier, il faut investir dans les infrastructures. On en a parlé avec le président Kaboré qui est du même avis que nous. Il faut investir dans les infrastructures, dans la formation et dans le développement», insiste-t-il. Toutefois, Gianni Infantino fait remarquer que 21 ans après sa venue au pays des Hommes intègres, le stade du
4 août est resté le même et n’a pas changé en termes de commodités sportives. «Il est temps que Ouagadougou soit doté d’un stade digne de ce nom», indique-t-il.

Après cette étape, l’hôte de la FBF, accompagné du premier vice-président de la Confédération africaine de football (CAF), Constant Omari et du secrétaire général de la FIFA, Fatma Samba Diouf/Samoura, ont eu une séance de travail avec l’instance dirigeante du football burkinabè à son siège. Le programme Incom génération project de la FIFA a permis à la FBF d’acquérir 10 mini bus de 30 places chacune destinés aux clubs démunis. Lesdits mini bus ont été présenté à M. Infantino afin non seulement de lui témoigner la reconnaissance de la FBF mais aussi de lui montrer que le Burkina en fait une bonne utilisation.

«Emmener le football dans les écoles»

Gianni Infantino rêve grand pour le «Sport roi». Et pour y parvenir, il estime que la FIFA en collaboration avec les Etats, entend emmener le football dans les écoles. Pour lui, au-delà des infrastructures, c’est une politique globale du football qui devrait être menée. «Le football aujourd’hui a des dividendes économiques très importants et il faut que les Etats l’intègre dans leurs politiques de développement», a indiqué le président de la FIFA. C’est à juste titre que la subvention de l’institution aux pays africains a été revue à la hausse depuis l’arrivée de la nouvelle équipe. De 27 millions, elle est passée à 100 millions de Dollars. Et elle passera à 120 millions de Dollars en 2019 rassure M. Infantino. Il envisage également une coupe du monde des clubs à 24 équipes et une ligue mondiale féminine.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé