Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)
Burkina: trois assaillants abattus à Foutouri dans l'Est du pays suite à une «vigoureuse riposte» des soldats (Armée)
Brésil: l'ex-président brésilien Lula est sorti de prison après plus d'un an et demi d'incarcération

SPORT

Bobo-Dioulasso a abrité la 6e édition du championnat national des U17 en lutte le samedi 22 septembre 2018. A l’issue des 40 combats entre les jeunes en provenance de 10 provinces de la région, 4 sont montés sur la plus haute marche du podium.

La Fédération burkinabè de lutte a tenu son conseil de gestion et son Assemblée générale le dimanche 23 septembre dernier dans la ville de Sya. A la veille de cette activité statutaire, la FBL a honoré la ligue des Hauts-Bassins de la lutte traditionnelle. En effet, depuis son institution en 2013, c’est la première fois que le championnat des petites catégories a été organisé à Bobo-Dioulasso. En effet, ce championnat a été institué selon le président de la FBL, Pierre Badiel, pour préparer la relève dans cette discipline. Petite fédération certes, mais avec de grandes ambitions à l’image de sa ligue des Hauts-Bassins qui se bat tant bien que mal pour la promotion de la lutte à travers plusieurs compétitions dont le tournoi scolaire de lutte traditionnelle et celui du chef de canton qui connaitra la présence des lutteurs nigériens et sénégalais.

Ce sont donc des batailles de belle facture qui ont opposé 32 lutteurs dans une quarantaine de combats. En rappel, au départ 41 lutteurs, 9 ont été disqualifiés pour défaut d’âge. Dans la catégorie des 50 kg, c’est Armel Odilon  Foro de la province du Nayala qui est le champion national. Hamidou Souabou de la province du Sourou est le champion national dans la catégorie des 55 kg. Chez les 60 kg, c’est le jeune Bissabié Bako de la région du Mouhoun qui est le champion. Le plus beau combat de ces différentes finales a été l’opposition Salomon Wassin du Sourou et Sié Charles Coulibaly de la province de la Bougouriba. Une opposition qui a vu la victoire de Sié Charles Coulibaly.

Occasion pour le Dr Oumar Tiémoko Sanou, président de la ligue des Hauts-Bassins d’inviter les uns et les autres à la mobilisation autour de cette discipline qui selon lui, a un avenir radieux au Burkina. «Personne ne peut réaliser la culture seule. Ce n’est pas une histoire d’un groupe mais celle de toute la nation. C’est comme les Chinois qui ont fédéré leurs forces autour du Kun Fu. Il faut donc l’unité nationale», a conclu le président de la ligue.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé