Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est
Burkina: plus de 6 milliards de FCFA de l’Union européenne pour booster le secteur de la culture (AIB)
Burkina: un policier a été tué et un assaillant neutralisé au cours de trois attaques perpétrées à l’Est et au Centre-est
RDC: Jean-Pierre Bemba accueilli en Belgique après son acquittement à la CPI
Nigeria: un trafic de sang démantelé à Lagos (RFI)
Burkina: l’Aid el fitr fêtée ce vendredi 15 juin 2018
Football: le Maroc annonce que le pays sera candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2030

SPORT

Après moult tractations, Amado Traoré ne sera pas candidat à l’élection à la présidence de la Fédération burkinabè de football le jeudi 10 novembre prochain à Koudougou. C’est du moins le verdict prononcé ce mardi 8 novembre 2016 par la commission d’appel et de litige de l’instance fédérale.

 

Le premier recours du candidat Amado Traoré portant sur l’annulation de la décision N°2016-0020/FBF/P du 06 août 2016 portant création, attribution d’une commission de validation des candidatures au titre du renouvellement du comité exécutif de la FBF, a été rejeté par la commission d’appel et de litige de la FBF.

De même, la commission de discipline rejette également la requête du même candidat, aux fins de mesures conservatoires en ordonnant le report des élections prévues pour se tenir le 10 novembre 2016 en vue du renouvellement des membres du comité exécutif de la FBF. Par conséquent, elle maintient la tenue de l’élection en vue du renouvellement des membres du comité exécutif de la FBF le jeudi 10 novembre 2016 à Koudougou.

La même commission, dirigée par Me Wenceslas Ilboudo, déboute Amado Traoré et les siens de leur demande en validation de la liste du candidat Amado Traoré. Cette décision est motivée selon la commission, par le fait qu’«à la lumière des débats, il est apparu que la copie du passeport valide du candidat Amado Traoré n’a pas été déposée et que sa carte nationale d’identité est non valide». Par conséquent, la commission estime que « le dossier d’Amado Traoré est incomplet ».

L’une des raisons évoquées dans le verdict, est «l’article 115 des règlements généraux qui stipule que les appels contre les décisions sont adressés au secrétariat de la FBF dans un délai de huit jours à compter de la notification des décisions. Pour que les appels soient recevables, les appelants doivent simultanément adresser à la ligue régionale intéressée, une copie textuelle du dossier d’appel». La commission indique que dans le cas d’espèce «l’appel est adressée directement à la commission et la ligue régionale n’a pas reçu copie».

Vers des élections invalidées ?

Joint au téléphone par Fasozine, Me Christophe Birba, avocat d’Amado Traoré, estime que la commission est allée sur le terrain d’irrecevabilité. Selon les propos de l’homme de droit, les huit jours dont parle la commission sont à compter de la notification selon l’article 115 des règlements généraux. «Nous n’avons reçu aucune notification jusqu’à ce jours. Par conséquent, nous estimons que le délai n’est pas expiré», se justifie l’avocat.
Me Birba entend saisir par ailleurs le Tribunal arbitral du sport (TAS) dès le 9 novembre.

Aussi, le camp Amado Traoré dit avoir saisi la FIFA pour reporter les élections. «Il appartient à la FIFA de prendre ses responsabilités parce qu’il est dit dans l’article R47 du règlement intérieur de la FIFA qu’elle peut ordonner des mesures conservatoires qui consistent à reporter les élections de trois mois », martèle l’avocat de M. Traoré. Me Birba ajoute aussi que « si la FIFA ne reporte pas les élections et que le camp Amado Traoré a une décision favorable par le TAS, les élections seront annulées ».

 Abel Azonhandé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Le 31 mai 2018, l’Assemblée nationale a adopté un nouveau code pénal qui abolit la peine de mort au Burkina Faso. Pour vous, c'est:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé