Aujourd'hui,
URGENT
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 

SPORT

C’est le samedi 19 août 2017 que la 4ème édition du Sabot d’or aura lieu. La cérémonie de récompense des meilleurs acteurs du Fasofoot qui a pour but de mettre en valeur les footballeurs locaux et rendre le championnat national de football plus attractif entend innover à compter de l’édition 2017 en s’ouvrant aux pays membres de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (Uemoa). C’est du moins ce qui ressort de cet entretien avec le promoteur, Issiaka Ilboudo.


Fasozine : où en êtes-vous avec l’organisation du Sabot d’or 2017?

Issiaka Ilboudo : pour un évènement comme le Sabot d’or qui prend des galons au fil des années, l’organisation requiert certaines exigences et de besoins. Et c’est le volet financier qui reste toujours difficile pour nous, surtout avec le contexte économique actuel. Nous attendons toujours les réactions de certains partenaires et mécènes pour nous appuyer. Mais tout compte fait, nous avons la volonté et en tant que jeunes, nous irons jusqu’au bout parce que nous estimons que l’histoire doit retenir quelque chose de notre passage sur terre et dans le milieu sportif du Burkina Faso.

Sous quel signe placez-vous cette édition?

Nous la plaçons sous le signe de l’amélioration. Parce que nous savons d’où nous venons. Il y a quatre années qu’il n’y avait pas un tel évènement au Burkina Faso mais grâce à notre initiative, d’autres acteurs ont suivi et cela ne fait que nous motiver davantage. Nous avons choisi un thème cette année: «Football et TIC» qui est un thème évocateur vu qu’on ne peut pas mener d’activité aujourd’hui en faisant fi des nouvelles technologies de l’information. Nous sommes donc dans la logique de la continuité et d’innovation.

Quelle sera l’innovation majeur cette année ?

C’est d’abord le thème parce que pour nous, ce n’est pas seulement le bling bling mais surtout associer le volet fashion à la réflexion. Nous voulons organiser une rencontre de débat sur la contribution des réseaux sociaux à la promotion du Fasofoot. En plus de cela, nous avons initié le Sabot d’or du meilleur joueur burkinabè évoluant dans l’espace Uemoa. Parce qu’à court et à long termes, nous comptons faire de Ouagadougou, l’espace de célébration des meilleurs joueurs de l’espace Uemoa pour coller au slogan de l’institution : «8 nations, un destin commun». Nous espérons donc contribuer au foisonnement des peuples par le sport. Il s’agira donc de permettre de regrouper tous les meilleurs joueurs de chaque pays de l’Uemoa et les célébrer à Ouagadougou.

Quel est le bilan après 3 édition ?

Je peux vous dire que le bilan est très positif. Nous sommes en mesure de vous dire aujourd’hui ce que deviennent tous les joueurs qui ont été sacré Sabort d’or. Nous sommes en contact avec tous les lauréats au quotidien. Nous faisons donc le service après-vente comme on le dit.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé