Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 15 personnes tuées lundi dans un attentat dans l’Etat de Borno.
Football: le Burkina saisit le TAS contre la décision de la FIFA sur la reprise du match Afrique du Sud-Sénégal.
Côte d’Ivoire : de nouveaux affrontements ont opposé lundi les policiers aux étudiants à Abidjan.
Justice: l'audience sollennelle de rentrée aura lieu le 2 octobre 2017 à 10 heures dans la salle des banquets de Ouaga 2000.
PAE/JF : les premiers chèques du Programme d’Autonomisation Economique des Jeunes et des Femmes remis mardi prochain.
Putsch du RSP: l'audience de confirmation des charges a été renvoyée au 6 octobre par la justice militaire.
Assemblée: le chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, reçu en audience vendredi par le président du Parlement, Alassane B. Sakandé.
Aziz Istanbul:  les travailleurs souhaitent la reprise des activités de ce restaurant fermé après l'attaque terroriste du 13 août 2017 (19 morts)
Côte d'Ivoire: 3 000 bacheliers de s'inscrivent dans les universités du Burkina.
Côte d'Ivoire: 3 000 bacheliers de s'inscrivent dans les universités du Burkina

SPORT

En visite de travail de 72h au Burkina depuis le 3 août 2017, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad a rencontré l’ensemble de la presse nationale. L’objectif était de lui faire part des grandes réformes entreprise par la faitière du football africain sous l’ère Ahmad.


«On ne peut pas développer le football si on néglige le rôle de la presse», c’est tout le sens de cette rencontre du 6è président de la CAF avec les hommes des médias ce samedi 5 août à Ouagadougou. Elu (pour une fois) sous la base d’un programme, Ahmad Ahmad entend réformer l’institution qu’il dirige depuis le 16 mars dernier. A commencé par la dissolution de la commission communication qui selon le patron de la CAF, est trop politisée. «Vous ne trouverai jamais d’experts au sein de cette commission. Nous voulons donc séparer la politique de l’expertise et donner droit aux experts du domaine afin d’avoir des officiers médias au sein de la CAF», propos de M. Ahmad.

L’organisation de Coupe d’Afrique des nations (CAN) passe désormais à 24 équipes. Une décision qui a été prise lors du récent symposium de la CAF au mois de juillet 2017 à Rabat au Maroc. Attribuée déjà au Cameroun pour l’édition 2019, ce pays pourrait ne pas organiser cette compétition à cause de changement de cahier de charges alors que les éliminatoires ont déjà commencé. Pour cause : «le Cameroun n’est pas prêt même à quatre équipes sur le plan des infrastructures», soutien Ahmad Ahmad. On annonce déjà les candidatures du Maroc et de l’Algérie dans les couloirs de l’institution. Le président de la CAF a d’ailleurs fait savoir qu’il y a au moins six pays déjà prêts pour l’organisation de l’édition 2019. Le principe de coorganisation est également envisagé au cas où il n’y aurait pas de pays prêt selon le cahier de charges qui voudrait que les pays organisateurs disposent désormais de 6 stades homologués au lieu de 4. Mais en attendant, une commission se rendra au Cameroun pour un audit avant toute décision.

Pour les éditions 2021 (Côte d’Ivoire) et 2023 (Guinée), Ahmad Ahmad estime qu’il n’y a pas encore de débat sur la question mais pense tout de même qu’il faut prendre en compte les préoccupations du président de la Fédération zimbabwéenne de football, Phillip Chiyangwa qui pense qu’il faut revoir l’attribution des deux éditions. Si les éditions 2021 et 2023 ont été attribuées en respectant la règlementation comme le reconnait Ahmad Ahmad, il pense qu’il n’y a pas eu d’appels d’offres. «Nous n’attribuerons pas de gré à gré les compétitions de la CAN. Il faut des appels d’offre», affirme le président de la CAF.

Pour sa part, le président de la Fédération burkinabè de football, le colonel Sita Sangaré s’est dit honoré par cette visite de travail qui selon lui, a permis à tout le comité exécutif de la FBF de s’imprégner des grandes réformes de la CAF. «L’avenir du football africain doit se conjuguer au présent grâce à l’ensemble de ces réformes et personnes ne doit rester en marge», a conclu Sita Sangaré.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Selon vous, Bala Alassane Sakandé est véritablement la personne qu’il faut pour présider l’Assemblée nationale.

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé