Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

SPORT

Le Malgache Ahmad Ahmad a été élu ce jeudi 16 mars 2017 président de la Confédération africaine de Football (CAF). Il a battu Issa Hayatou 34 voix contre 20 à l’issue du scrutin qui s’est tenu à Addis-Abeba, en Ethiopie. Pour certains observateurs burkinabè du football «c’est un vote sanction» qui démontre le «désaveux» des sportifs africains.


Arouna Savadogo, membre du Comité nationale Spécial Olympics

«Je crois que c’est une bonne chose parce que cela fait plusieurs décennies qu’Issa Hayatou est à la tête de la CAF et il était temps qu’il cède la place à quelqu’un d’autre. Si nous crions que les chefs d’Etats ne doivent pas rester au pouvoir pendant longtemps, il faudrait aussi que les organisations structurées puissent respecter la même chose. Souvent on est fatigué lorsqu’on reste longtemps à un poste alors qu’il y a d’autres compétences qui existent. Qu’Issa Hayatou soit là ou pas, la CAF continuera d’exister et contribuer au développement du football africain.»

Bachirou Sorgho, journaliste sportif

«Issa Hayatou a duré. Il partait pour son 8è mandat et il  a échoué.  En principe, cela ne devrait pas étonner la logique de raisonnement. Il faut comprendre qu’Issa Hayatou avait donné des consignes de vote pour soutenir l’adversaire de l’actuel président de la FIFA, Gianni Infantino. Et si l’Afrique avait suivie les consignes de la CAF, Infantino n’allait pas être président de la FIFA. Donc cela veut dire qu’Issa Hayatou avait été désavoué depuis l’élection à la FIFA et cela s’est confirmé avec cette élection. Désaveu qui prouve que les Africains ont pris une autre route et qu’ils ont décidé de déchoir ceux qui pensent qu’ils peuvent mourir au pouvoir. Il faut comprendre que ce n’est pas le Malgache qui a été élu mais plutôt le désaveu d’Issa Hayatou qui a été prouvé.»

Assami Tiemtoré, journaliste sportif

«Il était temps qu’Issa Hayatou cède sa place à quelqu’un après 29 ans à la tête de la CAF. Il faut aussi que chacun prouve ses compétences et je pense que celui qui a été élu montrera de quoi il est capable. J’espère qu’il montrera de belles choses qu’on n’a pas connu avec la CAF d’Issa Hayatou.  C’est le changement tant prôné qui  a été à la faveur du Malgache Ahmad Ahmad.»

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé