Aujourd'hui,

Qui, mieux que les participants aux différentes éditions du Rebranding Africa Forum, peut donner la vraie mesure de qu’il faut attendre de ce forum et de ce qu’il apporte à l’Afrique ? Tant de personnes ont dédié des phrases fortes à l’Afrique au cours du RAF 2014 et du RAF 2015. Des mots qui restent des messages d’espoir et de maturité pour un continent résolument en mouvement. Morceaux choisis.

 

 

Thierry Hot, CEO de Samori Media Connection et fondateur du RAF

« Le Rebranding Africa Forum s’est positionné dès sa création comme une plateforme multidimensionnelle et pérenne au service de l’émergence de l’Afrique. L’Afrique est effectivement singulière, mais pas forcément pour les raisons ressassées par les médias. Elle est singulière parce qu’il faut l’aborder avec une conviction forte. Il vaudrait mieux être chaud ou froid à son contact, mais pas tiède ou hésitant. »

Kadré Désiré Ouédraogo, ancien président de la Commission de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest)

????????????????????????????????????

« L’Afrique doit occuper sans complexe sa place dans le concert des nations. Malgré l’énorme potentialité, malgré les déclarations selon lesquelles l’Afrique est la dernière frontière, est le continent du 21e siècle, beaucoup doutent toujours de sa capacité à émerger. A tel point que les fils et les filles en viennent à en douter, eux aussi. Mais heureusement, il existe des optimistes et des enthousiastes pour dire que l’Afrique, c’est bien, que l’Afrique est honorable au monde. »

 

 

 

 


donald-kaberuka
Donald Kaberuka, ancien président de la Banque africaine de développement

« Lutter contre les inégalités, se battre pour une meilleure inclusion, gérer avec intelligence les différents défis et contradictions relevés dans le développement socio-économique du continent… Tels sont les éléments qui vont favoriser l’émergence. La croissance n’est qu’un moyen et une condition, mais elle n’est pas suffisante. Elle doit conduire à la transformation économique qui elle-même mènera à l’émergence. L’émergence ne se décrète pas, il faut y travailler !»

 

Mariéme Jamme, CEO Spot one Global Solutionsmarieme-jamme

« Pour aller à l’émergence de l’Afrique, il faut déjà que les femmes soient au centre des préoccupations, par le biais de l’éducation des jeunes filles, de formation et de soutien financier au profit des femmes, un accent sur l’amélioration de leurs conditions sociales, la prise en compte de leur santé, etc. »

 

evans-wadongoEvans Wadongo,CEO de SDFA-Kenya

« Pourquoi importons-nous des capacités alors que nous avons des personnes qui peuvent faire le travail elles-mêmes ? (…) Les maths et les sciences sont bien sûr importantes mais nous devons aller de l’avant, transformer cela en innovation ! »

 

Vérone Mankou, CEO et fondateur de VMKverone-mankou

« L’Afrique a besoin de talents qui sont peut-être pour la plupart en Europe. Je n’aime pas qu’on sacralise la diaspora qui a préféré rester dans le luxe et le confort plutôt que de venir dans la chaleur de l’Afrique. Vous serez plus utiles si vous repartez sur le continent, comme l’ont fait les anciens venus en Europe pour importer les envies de liberté et d’indépendance. »

 

denise-epoteDenise Epoté, directrice Afrique de TV5Monde

« Le temps est venu pour l’Afrique de parfumer le monde mais encore faut-il qu’elle s’en donne les moyens. »

 

Jérôme Minlend, président de CAC Internationaljerome-minlend

« Le triptyque de l’Afrique aujourd’hui, c’est l’organisation, les hommes et les moyens. Et si nous ne prenons garde, nous risquons d’oublier les hommes et les femmes. Or, la moitié des emplois qui existeront dans vingt ans ne sont pas encore connus à l’heure actuelle. »

 

adamou-mefiraAdamou Mefira, senior mining consultant, ex-CEO de Luo-Angola

« Il y a la nécessité d’investir massivement en Afrique pour créer le bien-être, ce qui est le seul moyen à mon avis pour stabiliser le flux migratoire du Sud vers le Nord. (…) Produire pour soi-même est déjà très important, ce qui n’est souvent pas le cas en Afrique. »

 

Rudy Demotte, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxellesrudy-demotte

« On parle souvent du formidable potentiel de l’Afrique. Mais c’est un mot usé, comme quand on dit d’un enfant qu’il porte l’avenir. L’Afrique est une réalité, pas un potentiel. Comme dans le mythe de la caverne de Platon, il faut prendre l’Afrique pour ce qu’elle est et non pour ce que l’on perçoit d’elle. »

 

mahammed-dionneMahammed Dionne, Premier ministre de la République du Sénégal

« Il nous faut créer chaque année dix millions de jobs pour la jeunesse africaine. L’Afrique, c’est plus de 10% des réserves mondiales de pétrole, plus de 40% des réserves mondiales d’or, plus de 80% des réserves mondiales de métaux, comme le platine, plus de 24% de terres arables. Notre premier défi est de valoriser ce potentiel ! Nous ne pouvons pas continuer à être les champions de l’exportation de phosphate et importer l’engrais dont nous avons besoin pour nos cultures. Nous ne pouvons pas continuer à exporter le coton et importer nos vêtements. »