Aujourd'hui,

La troisième édition du Rebranding Africa Forum, dédiée au Burkina Faso, se tiendra les 13, 14 et 15 octobre 2016 à Bruxelles (Belgique). L’évènement  qui rassemble, depuis 2014, tous les acteurs soucieux du devenir du continent noir, constitue «une excellente opportunité de Networking». C’est la conviction de Henriette Kaboré, présidente de la Maison de l’entreprise du Burkina, directrice générale de BTM pour qui les BTPs n’ont plus aucun secret. Son savoir-faire dans le domaine lui a du reste valu d’être honorée du prestigieux «Business Leadership Rebranding Africa Awards», lors de la deuxième édition du RAF, en octobre 2015.   

 

Fasozine.com: Comment se porte votre entreprise BTM?
Henriette Kaboré: BTM se porte bien en dépit de la crise économique mondiale qui affecte toutes les entreprises sans distinction.  Mais vous savez, dans un  secteur comme celui de l’immobilier en général, de la promotion immobilière en particulier, les résultats sont conditionnés par la qualité du management et l’organisation financière qui vous mettent à l’abri des chocs économiques.
Notre organisation nous a permis de garder intacte la confiance de nos différents partenaires et de trouver les ressources nécessaires pour continuer à réaliser nos marchés selon les cahiers de charges convenus.

Comment évolue la «Cité Les Dauphins», votre projet qui devra permettre à de nombreux Burkinabè de devenir propriétaires?

La «Cité les Dauphins» évolue très bien. Notre priorité était d’assurer la sécurité foncière du site afin de garantir à nos clients une sécurité de jouissance. C’est chose faite. Nous avons obtenu le titre foncier du terrain. Nos clients seront en mesure d’avoir leur propre titre foncier individuel dès l’achat d’une villa. Au niveau de la construction, nos premières villas sont achevées. Les premiers acquéreurs  recevront bientôt leur clef en même temps que leur titre foncier. Je peux donc dire que le projet la «Cité les Dauphins» est une réalité aujourd’hui.

Vous avez remporté le «Business Leadership Rebranding Africa Awards» en 2015 au cours du Rebranding Africa Forum. Que représente ce  Forum à vos yeux?
Ce Forum consacré au repositionnement de l’image de l’Afrique revêt une importance singulière à mes yeux. C’est un véritable carrefour  de rencontre et d’échanges entre plusieurs acteurs qui agissent dans des secteurs différents mais complémentaires au service de l’Afrique.
En tant que chef d’entreprise, le RAF est une excellente opportunité de « Networking  » au regard de la qualité des participants qui affluent du monde entier. La pertinence de ce Forum n’est donc plus à démontrer .

Ce prix a-t-il eu un impact sur vos activités de femme d’affaires ?
On ne finit jamais de mesurer l’impact d’une telle récompense au regard de sa médiatisation. Mais je voudrais surtout saluer le jury pour avoir récompensé des années de dur labeur, et d’avoir reconnu mes compétences.  Ce prix est aussi une invitation à garder le cap et  maintenir la qualité des prestations de mon entreprise, pour continuer à conquérir des parts de marché au Burkina et sur le continent africain.

Etes-vous optimiste en ce qui concerne l’Avenir de l’Afrique? 

Il n’y a d’avenir que celui qui croit en l’avenir. Les Africains de ma génération doivent façonner l’Afrique telle qu’ils voudraient la laisser à leurs enfants. Pour aspirer à un mieux-être, nous devons opérer un changement radical de mentalités et de comportements. Améliorer la gouvernance de nos Etats et faire confiance à notre jeunesse en lui donnant l’opportunité d’exprimer son talent.