Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Le ministre de l’Agriculture, des Ressources Animales et Halieutiques, Dr Delwendé Innocent KIBA, a procédé  au lancement officiel de la campagne agricole de saison humide 2022-2023, ce vendredi 27 mai 2022 à Gourgou dans la commune de Tenkodogo, chef-lieu de la région du Centre-Est. Tenue sous le thème: « Intégration des systèmes de productions agricole, pastorale et halieutique pour une sécurité alimentaire et nutritionnelle durale au Burkina Faso », cette cérémonie a été couplée au lancement du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel, phase 2 Burkina Faso (PRAPS 2-BF). 

Cette cérémonie a servi de cadre aux  autorités pour partager avec les populations les orientations du département pour la campagne agricole de saison humide. Les objectifs de production se chiffrent à 5 398 000 tonnes de céréales, 1 798 000 tonnes de cultures de rente et 897 000 tonnes d'autres cultures vivrières. L’atteinte de ces objectifs permettra de couvrir les besoins de consommation de la population à 108% et d’augmenter les revenus des ménages de 2,74%.

Pour y parvenir, le ministre Delwendé  Innocent KIBA a relevé  la  nécessité de poursuivre les actions visant la mécanisation des opérations culturales, l’intensification de la production, le renforcement de la résilience de l’agriculture et de l’élevage face aux chocs climatiques et la promotion des chaines de valeur des productions agropastorales et halieutiques. 

Le ministre  KIBA  a  annoncé la mise à disposition  à prix subventionné  de 27 000 tonnes d’engrais minéraux, 4 000 tonnes de Burkina phosphate, 3 630 tonnes de semences de variétés améliorées au profit des producteurs. Le Gouvernement s’engage également à appuyer les producteurs  par l'octroi de 1 138 équipements motorisés et 1 684 équipements à traction animale.

La subvention de 7 000 litres de produits phytosanitaires est prévue pour la protection des cultures.

D'autres actions portent sur le renforcement de la résilience des productions agricoles,  qui s’articulent autour de l’implantation de  412 nouveaux modèles d’exploitation agricole performants et résilients, l’aménagement de 5 465 hectares de bas-fonds, de 755 hectares de périmètres irrigués  et la réhabilitation de 2 196 hectares de bas-fonds et périmètres.

Officiellement  lancé, le Projet Régional d'Appui au Pastoralisme dans le Sahel  a pour objectif de développement d’améliorer la résilience des pasteurs et des agropasteurs dans certaines zones ciblées de la région du Sahel. Il va durer six ans et couvre 11 régions du Burkina  Faso. Sa mise en œuvre va coûter 26,4 milliards de francs CFA. Selon le Chargé du Projet, Souleymane PINDE, cette deuxième phase du projet innove par le contrôle de médicaments vétérinaires,  la production fourragère, la délivrance de documents d’identité et professionnelles aux acteurs.

Le Représentant  de la FAO au Burkina  Faso, Daouda SAU,  a réitéré  le soutien de l'agence  onusienne aux efforts du Gouvernement pour l’accroissement de la production,  la conservation,  la transformation et la commercialisation des produits agropastoraux. 

 « Les systèmes agropastoraux et l’intégration agriculture-élevage sont de plus en plus privilégiés par les producteurs afin de faire face à la croissance démographique, à la cherté des intrants, aux problèmes fonciers », a souligné le président de la  Chambre nationale d’agriculture, Moussa KONE. Il a  traduit la satisfaction du monde rural pour les mesures anticipatives prises par le Gouvernement afin d’assurer l’approvisionnement du pays en engrais.

Par des actes de labour et de semis mécanisés,  le ministre Delwendé Innocent KIBA a procédé au lancement officiel de la campagne agricole de saison humide.

Puis, une visite de stands d'exposition de produits agro-sylvo-pastoraux a permis de montrer les potentialités du secteur.