Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

L’Association des jeunes conducteurs de taxis (AJCT) a annoncé mercredi, qu’elle va ester la mairie de Ouagadougou en justice si elle ne leur trouve pas des lieux fixes de stationnement dans la ville.

«Nous versons de l’argent pour les lieux de stationnement à la mairie, alors que nous n’en sommes pas en possession. Si elle  ne va pas nous en trouver, qu’elle suspende les frais de stationnement. Sinon nous la poursuivrons en justice», a proféré le président de l’Association des jeunes conducteurs de taxis (AJCT), Moumouni Ouédraogo, mercredi lors d’un point de presse.

Selon M.Ouédraogo, Ouagadougou compte environs 5 318 taxis et chaque taximan paie 50 000FCFA comme frais de stationnement et impôts par an sans oublier d’autres frais.

«Chaque taximan verse chaque année  30 000 FCFA pour impôt, 20 000 FCFA pour frais de stationnement, 6 000 FCFA comme frais de recensement et 2 000 FCFA pour la carte de membre», a-t-il poursuivi.

Pour le président de l’association, l’espace du  Syndicat national des taximan du Burkina SYNTAB octroyé par la mairie est occupé par d’autres personnes  que les taximans depuis près de huit ans.

M. Ouédraogo a également exprimé son mécontentement suite à «l’arrêt brutal» des activités de certains taximans dû au contrôle survenu le 30 avril 2021 et qui a permis la mise en fourrière de 167 taxis.

En rappel, ces taxis ont été mis en fourrière lors d’une opération spéciale de contrôle portant sur tous les documents nécessaires à l’exploitation d’un taxi, la couleur officielle ainsi que toute infraction liée au code de la route et l’utilisation du gaz butane comme moyen de combustion.

Pour combler la perte de leurs recettes, l’AJCT propose notamment la suspension des frais de stationnement des taxis jusqu’à ce que la gare soit officielle, une baisse du prix de  la visite technique et de la patente et un prix spécial du carburant pour les taxis (500F/litre).

Notons qu’au Burkina Faso, c’est le comité interministériel de détermination des prix des hydrocarbures qui fixe et réajuste régulièrement le prix du litre de carburant.

Agence d’information du Burkina