Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Dans le cadre de la lutte contre le grand banditisme et le terrorisme, la Police Nationale, à travers le Commissariat de Police de l’Arrondissement de Baskuy, a mis fin aux activités de deux individus qui s’adonnaient à un faux recrutement des personnes affectées par le projet de construction de la voie de contournement du Grand Ouaga. 

Il s’agit de deux frères d’une même famille, l’un est Ingénieur Environnement Eau et Energie et l’autre Tâcheron. Le premier cité était directeur général d’un cabinet qui avait été retenu pour le recensement des personnes affectées par les travaux de construction de la voie de contournement du Grand Ouaga, afin de monter leurs dossiers pour le dédommagement. 

Profitant de cette position, ils faisaient bénéficier frauduleusement à des personnes des frais d’indemnisation dont les montants variaient entre 750.000 et 8.684.778 FCFA. Le seul document qui leur était demandé était la copie de leur Carte Nationale d’Identité Burkinabé. En contrepartie, ces bénéficiaires irréguliers devaient leur reverser 80 à 90% du montant perçu. 

Une dizaine de personnes fictives ont été recensées dans le cadre de cette affaire et l’enquête a permis d’entendre sept (07) d’entre elles. Le montant total du préjudice subi par l’Etat est estimé à près de trente-huit millions trois cent quatre-vingt-quatorze mille deux cent quatre-vingt-dix-huit (38.394.298) FCFA.

La Police Nationale renouvelle ses remerciements à la population grâce à qui ces malfaiteurs ont été appréhendés. Elle invite l’ensemble des citoyens à toujours collaborer avec les Forces de Défense et de Sécurité et à dénoncer tout cas suspect aux numéros verts que sont les 17, 16, 1010.

Police nationale