Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

SOCIETE

Après le CDP, la coalition d’OSC pour le droit à l’alimentation était chez Kadré Désiré Ouédraogo ce 3 novembre 2020 dans le cadre de sa campagne « Moi président… ». Lancée le 9 octobre dernier, la campagne « Moi président… » vise à faire prendre l’engagement de faire du droit à l’alimentation une réalité dans la prochaine Constitution burkinabè par les différents candidats à l’élection présidentielle du 22 novembre prochain une fois élus. Tout comme le CDP, le candidat du mouvement Agir ensemble, s’est engagé à faire de ce droit une réalité une fois élu au soir du 22 novembre prochain.


L’essentielle de cette rencontre consiste à faire un plaidoyer auprès des candidats à la présidentielle de novembre prochain, pour un engagement à faire du droit à l’alimentation, une réalité dans la prochaine Constitution burkinabè. « Nous allons suivre les différents candidats qui auront pris cet engagement parce que pour nous, c’est un fondamental pour le bien-être des Burkinabè. Le droit à l’alimentation ne se négocie pas et pour nous, cela doit être formellement inscrit dans les programmes des candidats. Nous sommes donc satisfaits de la réaction du candidat Kadré Désiré Ouédraogo qui selon lui, en fait une priorité », a laissé entendre Frédéric Ilboudo, chargé de plaidoyer à l’ONG Hunger free world et membre de la coalition.

Au demeurant, le plaidoyer de ladite coalition a obtenu gain de cause auprès de Kadré Désiré Ouédraogo qui estime que tout commence par l’homme et tout finit par l’homme. Pour lui, « Il n’y a pas de nation digne si on ne peut pas nourrir la population. C’est le principe fondamental de toute société », fait-il remarquer. Kadré Désiré Ouédraogo dont le respect des droits humains tient à cœur, compte donc travailler à ce que ces droits soient garantis et respectés. Pour lui, il est essentiel que chaque Burkinabè se sente respecter dans ses droits et soit protégé. C’est pourquoi, il entend créer d’ailleurs, la création d’un Centre de contrôle de la qualité des aliments parce que pour lui, il est essentiel que les Burkinabè soient non seulement nourris mais qu’ils soient correctement nourris avec des aliments de bonne qualité.

En rappel, cette coalition est composée de l’ONG japonaise Hunger free world, du Club des journalistes et communicateurs en nutrition et sécurité alimentaire, du Réseau des parlementaires pour la nutrition et sécurité alimentaire et de l’ONG Nouveaux droits humains.