Aujourd'hui,
URGENT
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 
Burkina: le 1er ministre, Christophe Dabiré, a signé le mercredi 29 juillet 2020, un décret portant réouverture des frontières aériennes. 
Covid-19: la République populaire de Chine offre 46 respirateurs au Burkina Faso. 
Ouagadougou: plus de 200 moutons mis en fourrière par la police municipale à la veille de la Tabaski.   
Covid-19: les pertes du tourisme mondial s'élèvent à 320 milliards de dolllars (Organisation mondiale du tourisme).  
Covid-19: la Banque africaine de développement accorde 27 millions de dollars à l’Union africaine pour renforcer l’Initiative de réponse. 

SOCIETE

La Loterie nationale burkinabè (Lonab) a procédé ce jeudi 9 février 2017 à la remise de gros lots à deux gagnants du «4+1». Ils gagnent chacun la somme de 52.303.000 FCFA pour avoir trouvé dans l’ordre, l’arrivée du « 4+1 » du dimanche 5 février dernier.



Pour une mise de 900F au « 4+1 » du 5 février 2017, W. Alexandre Sawadogo, conducteur de profession, est le gagnant de la somme de 52.303.000 FCFA. Le second gagnant du nom de Etienne K. Nacoulma, employé de commerce, remporte également la même somme de 52.303.000 FCFA après une mise de 300F au « 4+1 » du même jour.

La totalité des gains distribués ce jour par la nationale des jeux s’élève ainsi à 104.606.000 FCFA et chaque gagnant a reçu son chèque des mains des responsables de la Lonab. Le représentant du directeur général de la Lonab, Patrice Naza, et la directrice régionale du Centre, Glwadys Yaméogo, ont félicité les gagnants du jour tout en les invitant à une «utilisation rationnelle et judicieuse desdits gains afin que la population burkinabè puisse en bénéficier».