Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

SOCIETE

Le 20 mars 2020, une salariée du service des impôts du Centre est prise à partie par ses collègues qui lui reprochent de ne pas respecter le mot d’ordre de grève lancé par les syndicats pour protester contre l’élargissement de l’IUTS. Des images filmées par une caméra de surveillance et qui ont ensuite fait le tour des réseaux sociaux montrent l’employée violentée par une des syndicalistes qui administre une gifle.

Malgré la paix des braves arrachée par la direction du Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) qui a réuni les deux femmes pour une "réconciliation", la sanction est tombée ce 27 mai 2020: les agents agresseurs ont été révoqués par le conseil des ministres.

«Un rapport relatif à des faits d’indiscipline d’une extrême gravité commis par des agents du ministère de l’Economie, des finances et du développement (MINEFID) et propositions de sanctions à leur encontre. Les faits concernent trois (03) agents du MINEFID qui ont fait preuve d’indiscipline très grave dans l’exercice de leur profession. Il s’agit de violences physiques et verbales contre d’autres travailleurs du MINEFID», lit-on dans le compte-rendu dudit conseil.

«Au regard de la procédure disciplinaire ayant abouti à la caractérisation de ces faits graves avérés et en application des dispositions des articles 158 et 170 de la loi n°081-2015/CNT du 24 novembre 2015 portant statut général de la Fonction publique d’Etat, le Conseil a décidé de la révocation de la Fonction publique sans préjudice des poursuites pénales pour le motif de s’être rendu coupable d’actes d’indiscipline d’une extrême gravité les agents ci-après: 

Madame BANDAOGO née SOUDRE FATIMATA, Mle 261 237 H, Contrôleur des impôts ;

Monsieur YONLI Aguima Jean Pierre, Mle 261 239 H, Contrôleur des impôts ;

Monsieur TRAORE Ardjouma Kinta, Mle 261 242 J, Contrôleur des impôts.»