Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

SOCIETE

Une dizaine de personnes a trouvé la mort dans leur cellule dans la nuit du 11 au 12 mai alors qu’elles étaient en détention à la gendarmerie de Tanwalbougou, dans la région de l’Est du Burkina Faso. Le procureur annonce l’ouverture d’une enquête.

«Vingt-cinq personnes ont été interpellées dans la nuit du 11 au 12 mai par les forces de défense et de sécurité à Tanwalbougou, pour suspicion de faits de terrorisme. Malheureusement douze d’entre elles ont trouvé la mort au cours de la même nuit dans les cellules où elles étaient détenues», a déclaré, dans un communiqué, le procureur Judicaël Kadéba.

Suite à ce drame, «une enquête a été ouverte et des officiers de police judiciaire de la brigade de recherche de la gendarmerie de Fada N’Gourma se sont déplacés sur les lieux pour les constatations d’usage en la matière, en compagnie d’agents de santé», ajoute-t-il.

Ces détenus devaient être transférés dans la ville de Fada N’Gourma pour audition. 

Pour sa part, le Collectif contre l'impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) «émet des réserves sur la communication suspecte annonçant le décès de ces 12 personnes victimes sans préciser le sort des autres personnes arrêtées. Le CISC exige une communication plus transparente, plus véridique, plus scientifique et technique sur les circonstances de décès de ces victimes.»

Il y a un an, une affaire presque similaire avait secoué la police. En juillet 2019 en effet, onze personnes, soupçonnées de trafic de stupéfiants, avaient été retrouvées mortes dans une même cellule de l’unité anti-drogue à Ouagadougou, provoquant le limogeage des responsables de l’unité et l’ouverture d’une enquête.

Et le 2 mai, un enseignant peul, Issouf Diallo, est décédé dans les locaux de la gendarmerie de Bendogo, à Ouagadougou alors qu’il y était détenu car soupçonné de complicité avec des groupes terroristes.