Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)
Togo: le président Faure Gnassingbé investi candidat par son parti pour la présidentielle du 22 février 2020
Irak: «Plus d'une douzaine de missiles» ont été tirés par l'Iran contre deux bases utilisées par l'armée américaine (Pentagone)

SOCIETE

Le personnel médical du Burkina Faso va observer une grève de dix jours allant du mercredi 20 novembre au samedi 30 novembre  2019 si le ministère de la Santé ne respecte pas le calendrier d’application de la Fonction publique hospitalière qu’il a lui-même fourni et si les retenues «abusives» effectuées sur les salaires lors de la précédente grève ne sont pas rétablis. 

C’est le contenu d’un préavis signé par quatre syndicats (syndicat des médecins du Burkina Faso, le syndicat des infirmiers du Burkina, celui des sages-femmes et celui des administrateurs des hôpitaux) dont une copie est parvenue à Fasozine. 

Ces syndicats attendent des réponses «concrètes et diligentes» à leurs attentes soumises depuis le mois d’avril 2019. C’est une plate-forme de 12 points réclamant entre autres «la prise d’un acte règlementaire consensuel conformément à la lettre et à l’esprit de l’article 2 de la loi 057 portant Fonction publique hospitalière pour préciser les conditions d’exercices des enseignants-chercheurs, les hospitalo-universitaires, les chercheurs, les militaires et les paramilitaires dans les Etablissements publics de santé, ce qui permettra de sécuriser et de motiver cette catégorie d’agents»; l’élaboration et l’adoption en conseil des ministres des décrets de la loi 057 sur l’organisation du travail et la garde couchée et des autres décrets de la loi 057  etc. 

A cela s’ajoute «la régularisation des retenues sur les salaires des agents de santé et la restitution des retenues abusivement effectuées». 

Les quatre syndicats préviennent: «En cas d’insatisfaction à la fin de cette grève, nous nous réservons le droit de mener toutes les actions nécessaires pour l’aboutissement à des solutions à nos préoccupations urgentes pour une mutation profonde du système de santé au profit des populations». 

Rappelons que pour obtenir le respect du protocole d’accord sur la fonction publique hospitalière signé il y a plus d’un an avec le gouvernement, les syndicats du secteur de la santé multiplient les actions depuis avril 2019. Du mois de juillet  à octobre 2019, ils avaient suspendu certaines de leurs activités.  Le 28 octobre, ils avaient suspendu leur mouvement après une série de concertations avec le gouvernement pour, disent-ils, «marquer leur volonté et leur engagement à œuvrer pour un système de santé performant».  

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé