Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

SOCIETE

Le personnel médical du Burkina Faso va observer une grève de dix jours allant du mercredi 20 novembre au samedi 30 novembre  2019 si le ministère de la Santé ne respecte pas le calendrier d’application de la Fonction publique hospitalière qu’il a lui-même fourni et si les retenues «abusives» effectuées sur les salaires lors de la précédente grève ne sont pas rétablis. 

C’est le contenu d’un préavis signé par quatre syndicats (syndicat des médecins du Burkina Faso, le syndicat des infirmiers du Burkina, celui des sages-femmes et celui des administrateurs des hôpitaux) dont une copie est parvenue à Fasozine. 

Ces syndicats attendent des réponses «concrètes et diligentes» à leurs attentes soumises depuis le mois d’avril 2019. C’est une plate-forme de 12 points réclamant entre autres «la prise d’un acte règlementaire consensuel conformément à la lettre et à l’esprit de l’article 2 de la loi 057 portant Fonction publique hospitalière pour préciser les conditions d’exercices des enseignants-chercheurs, les hospitalo-universitaires, les chercheurs, les militaires et les paramilitaires dans les Etablissements publics de santé, ce qui permettra de sécuriser et de motiver cette catégorie d’agents»; l’élaboration et l’adoption en conseil des ministres des décrets de la loi 057 sur l’organisation du travail et la garde couchée et des autres décrets de la loi 057  etc. 

A cela s’ajoute «la régularisation des retenues sur les salaires des agents de santé et la restitution des retenues abusivement effectuées». 

Les quatre syndicats préviennent: «En cas d’insatisfaction à la fin de cette grève, nous nous réservons le droit de mener toutes les actions nécessaires pour l’aboutissement à des solutions à nos préoccupations urgentes pour une mutation profonde du système de santé au profit des populations». 

Rappelons que pour obtenir le respect du protocole d’accord sur la fonction publique hospitalière signé il y a plus d’un an avec le gouvernement, les syndicats du secteur de la santé multiplient les actions depuis avril 2019. Du mois de juillet  à octobre 2019, ils avaient suspendu certaines de leurs activités.  Le 28 octobre, ils avaient suspendu leur mouvement après une série de concertations avec le gouvernement pour, disent-ils, «marquer leur volonté et leur engagement à œuvrer pour un système de santé performant».