Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

SOCIETE

Pour lutter contre les nuisibles des cultures, le ministère en charge de l'Agriculture apporte un appui technique et matériel aux acteurs en précisant l’utilisation des pesticides homologués et le respect des bonnes pratiques phytosanitaires. Mais, force est de constater que le mauvais usage des pesticides continue de menacer la santé publique, l’environnement et les performances agricoles. Pour une utilisation rationnelle de ces produits, le ministère a organisé, le vendredi 25 octobre dernier, une session d'information et de formation sur la protection phytosanitaire des végétaux au profit des journalistes de la ville de Ouagadougou. 

Informer et renforcer les connaissances des femmes et des hommes de média sur la gestion rationnelle et sécurisée des pesticides au Burkina Faso, tel était l'objectif global de cet atelier. Il s'est agi de parler de la protection phytosanitaire des végétaux dans une logique d'information et de sensibilisation à l'utilisation rationnelle et durable des pesticides et au respect du cadre législatif et réglementaire du contrôle de la gestion des pesticides par tous les acteurs.

De la connaissance des pesticides et les risques liés à leur utilisation, le chef de service des pesticides, René Sanou  a fait savoir que  les pesticides des substances ou association de substances utilisées pour combattre ou détruire les nuisibles agricoles, les vecteurs de maladies dans la santé humaine et animale. « Les pesticides regroupent l'ensemble des substances utilisées dans ces trois domaines » a-t-il précisé en soulignant que, sur le terrain, l'usage de ces pesticides est fait de façon incontrôlée d'où cette session d'information qui implique les hommes de média pour aider à la sensibilisation pour l'adoption de bonnes pratiques d'utilisation des pesticides. 

« Jusque-là, l'usage est fait de façon incontrôlée mais nous pensons qu'avec la sensibilisation, nous pouvons arriver à un changement de comportement », espère le chef de service des pesticides.

La loi 026 qui porte sur le contrôle de la gestion des pesticides au Burkina Faso adoptée en mai 2017, aux dires de M. Sanou, prévoit les sanctions, les infractions et des sanctions qui sont liées à ces infractions. « C'est une nouveauté en ce qui concerne cette loi », indique-t-il. 

Selon le directeur général des productions végétales, Pascal Soubeïga,  représentant le secrétaire général du ministère pendant cette session, les produits phytosanitaires occupent une place considérable dans la protection des végétaux contre les ravageurs et les maladies. 

Cependant, l'utilisation de ces substances suscite de nombreuses inquiétudes au regard de leur dangerosité sur les cultures, l'environnement et sur les hommes lorsqu'elles ne sont pas appliquées à bon escient. D'où, la nécessité d'une gestion rationnelle et durable des produits phytosanitaires. 

Pour lui, cette formation visait à renforcer les connaissances des journalistes sur la gestion rationnelle et sécurisée des produits phytosanitaires pour une sensibilisation efficace du public sur le sujet; à exposer les procédures de contrôle et autres mesures prises pour une gestion rationnelle et sécurisée des pesticides au plan national; à montrer les meilleures pratiques d’utilisation des pesticides. D'autre part, susciter des productions journalistiques sur l'utilisation rationnelle des pesticides et obtenir un changement de comportement des acteurs de la chaîne d’utilisation des pesticides.

M. Soubeïga a rassuré les participants sur la disponibilité de son département à soutenir leurs activités de production sur la protection phytosanitaire des végétaux en particulier et sur les thématiques agricoles en général.