Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

après la FEME, la délégation s'est entretenue avec le directoire du FAIB

SOCIETE

Une délégation conduite par Abel Somé, secrétaire général du ministère de l’Economie, des finances et du développement (Minéfid), a été reçue en audience par la Fédération des églises et des missions  évangéliques (Feme)  dans la matinée du jeudi 24 octobre 2019. Dans la soirée, l'entretien s'est déroulé avec la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB). Il s'est agi pour la délégation de solliciter  un accompagnement par la prière, les conseils et la sensibilisation  pour le bon déroulement du 5e Recensement général de la population et de l'habitation (RGPH) dont la phase de dénombrement est prévue du 16 novembre au 15 décembre 2019.

Cette 5e  édition de Recensement aurait du être réalisée en 2016, mais la situation « socio- politique » et la « difficulté de l'acquisition des équipements »  ont  contribué à retarder ce processus. Selon Abel Somé, le RGPH est une opération « très importante » pour le Burkina Faso parce qu'il permet d'avoir une meilleure planification du développement dans tous les domaines. Il consiste à collecter les informations sur la population dans ses différentes structurations et catégories.

C'est donc pour le bon déroulement du RGPH, que  l'équipe du Minéfid a rencontré les responsables de la  Feme. « Nous sommes venus rencontrer la Feme pour solliciter l'accompagnement de cette fédération  et de ses membres en matière d'information et de sensibilisation de la  population sur l'importance du recensement. Mais surtout en matière de prières, de bénédictions  et de conseils pour que toute l'opération se déroule correctement sur toute l'étendue du territoire »  a déclaré le SG du ministère qui assure la tutelle technique du RGPH.  

Pour le docteur Étienne Zongo, secrétaire général de la Feme,  c'était une « joie » de recevoir les agents du ministère de l'économie  des  finances et du développement avec le thème du recensement. Il a assuré l'accompagnement de la fédération dans ce processus: « Nous nous engageons à les accompagner comme de par le passé par la prière et avec tout autre sensibilisation que nous pouvons mener dans nos églises pour amener les uns et les autres à se conformer aux recommandations des organisateurs. Mon cri de cœur est que tous les Burkinabè puissent  d'un même accord accepter le mouvement du ministère ».  

Du coté de la FAIB, les échanges ont été « fructueux »  et  le bilan selon Abel Somé est  « positif » par rapport au moyen que cette communauté musulmane va mettre en œuvre au moyen de la prière. Le représentant de la fédération, El Hadj Boubacar Yugo a quant  lui confirmer  leur soutien dans ce qu'ils savent faire le mieux : « Nous allons faire en sorte que le message atteigne les différents recoins du Burkina Faso. Ce que nous savons faire,  ce sont les prières et les invocations. Nous allons implorer Dieu pour que le recensement se déroule dans les bonnes conditions et que le Seigneur accompagne tous les agents afin que le travail se termine correctement ». 

Au cours des deux audiences, la question sécuritaire et la situation des déplacés internes est revenue sur la table des échanges. Néanmoins, Boureima Ouédraogo,  directeur général de l'Institut national de la statistique et  de la démographie  (INSD) a déclaré que « des prédispositions ont été prises telles que l'accompagnement de la sécurité sur le terrain pour permettre aux agents qui vont se déplacer de bien travailler ».

« Également,  des informations ont été données  au niveau des pays voisins pour leur dire que notre pays organise un recensement et demander leur accompagnement.   A l'interne, des comités  ont été mis en place au niveau de chaque région, chaque province et chaque commune  pour aider les agents recenseurs. Ces comités analysent la situation et s'il y a vraiment un danger par rapport à leur sécurité, ils peuvent décider de ne pas envoyer des agents dans telle ou telle partie et que le recensement puisse se faire plus tard. Tous les agents de sécurité sur le territoire sont mobilisés » a-t-il fait savoir. Il a aussi affirmé que 90% de la population sera recensée et que des techniques statistiques permettront d'avoir des informations  sur tout le territoire national.

Ce recensement présentera une « particularité » en ce sens que les nouvelles technologies de l'information et de la communication telles que des Smartphones  permettront la collecte de l'information  sur le terrain. Ce sont environ 27 000 agents recenseurs, des contrôleurs et des superviseurs qui seront déployés sur le terrain.  Le budget de ce 5e RGPH est estimé à plus de 18 milliards FCFA. 

 

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé