Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

©Dr

SOCIETE

L’Unité d’action syndicale, les syndicats non membres de l’UAS et des organisations de la société civile ont tenu ce samedi 31 août 2019 un meeting à la bourse du travail de Ouagadougou. Objectif de ce grand rassemblement : dénoncer la gestion « chaotique » du pays par le pouvoir en place.

Pour ces organisations syndicales et de la société civile, la situation nationale du pays est délétère et le pouvoir actuel est incapable d’apporter des solutions appropriées aux préoccupations des populations.  

Selon ces derniers, «  la situation nationale dans notre pays est caractérisée par la persistance et la violence des attaques terroristes, les menaces et les assassinats, la violation des libertés démocratiques et syndicales, le pillage des ressources nationales, le non-respect des engagements pris par le gouvernement vis-à-vis des partenaires sociaux ».

A les en croire, cette urgence de la situation commande une union « d’action populaire de toutes les organisations sociales représentatives dans toutes ses composantes ». Elles ont prévu outre ce meeting, d’autres actions d’interpellations et de dénonciation. Déjà, elles prévoient une marche meeting pour le 16 septembre prochain à Ouagadougou avec à la clé un préavis de grève. Le  meeting se tiendra à la place de la nation de Ouagadougou.

Au cours du meeting de ce 31 août, elles ont dévoilé leur plateforme minimale de revendications constituées de 9 points. 

Les neuf points de la plateforme

1. Vérité et justice sur tous les crimes de sang impunis dont les plus récents sont les assassinats des responsables de l’ODJ au Yagha, les tueries de Yirgou, Kain ainsi que pour toutes les victimes d’exactions et châtiment des commanditaires et exécutants ;

2. Arrêt des assassinats ciblés et de masse, identification et démantèlement des escadrons de la mort et éradication du terrorisme ;

3. Garantie effective du droit du peuple à la sécurité et aux libertés démocratiques. Retrait des mesures liberticides prises sous le couvert de la lutte contre le terrorisme (nouveau code pénal, velléités de négation du droit de grève et de manifestation, etc.) qui remettent en cause les libertés conquises au prix de nombreux sacrifices consentis par le peuple notamment pendant l’insurrection populaire d’octobre 2014 et la résistance au putsch de septembre 2015 ;

4. Départ des bases et forces militaires étrangères du Burkina Faso ;

5. Amélioration des conditions de vie et de travail des éléments des forces de défense et de sécurité (policiers, gendarmes, soldats de tous les corps militaires et paramilitaires) ;

6. Prise en charge adéquate des personnes déplacées internes et création des conditions de sécurité pour leur retour dans leurs villages et foyers. Réouverture des écoles et centres de santé fermés suite aux attaques terroristes. Prise en charge adéquate des familles des victimes du terrorisme et des blessés ;

7. Amélioration des conditions de vie des populations frappées par la vie chère, les effets du couvre-feu qui freinent les activités économiques et sociales dans les zones concernées.

8. Respect des engagements pris avec les syndicats, les organisations des travailleurs et des masses populaires en général :

- Tenue de la rencontre gouvernement syndicat avec traitement du préalable relatif à l’IUTS, 

- Mise en œuvre des différents protocoles et engagements, 

- Examen des plateformes des syndicats en lutte, 

- etc. ;

9. Lutte contre le pillage des richesses nationales (deniers publics, ressources minières, foncières et agricoles, plus-value extorquée aux ouvriers et aux paysans pauvres), la corruption et jugement de tous les dossiers de crimes économiques.