Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)
Togo: le président Faure Gnassingbé investi candidat par son parti pour la présidentielle du 22 février 2020
Irak: «Plus d'une douzaine de missiles» ont été tirés par l'Iran contre deux bases utilisées par l'armée américaine (Pentagone)

SOCIETE

Quarante-trois orpailleurs originaires du Burkina Faso ont été interpellés mardi 6 août 2019, avec une quantité importante d’explosifs en Guinée, selon la presse de ce pays. 

Interpellés dans la localité Siguiri, ils détenaient plusieurs équipements dont ils se servaient pour exploiter sauvagement l’or dans cette préfecture, rapporte le site guineematin.com, contribuant ainsi à la détérioration de l’environnement.

«Les localités aurifères de Siguiri sont envahies par des Burkinabè qui y exploitent de l’or en dégradant l’environnement: les rivières, marigots et les animaux en payent les frais. Pour freiner cette invasion pour le moins nocive, les autorités préfectorales ont mis sur pied une patrouille dans les zones minières pour mettre hors d’état de nuire ces étrangers», explique le site.

Ce serait lors de cette opération que les mineurs burkinabè ont été interpellés. «Les autorités locales les ont arrêté avec en leur possession de divers outils d’exploitation, par exemple: les explosifs, les mercures, les acides, des groupes électrogènes, un moteur de concassage», énumère de son côté Afriquepanorama.com

Le colonel Moussa Condé, préfet de Siguiri à qui le groupe d’orpailleurs illégaux a été présenté, a assuré que l’opération ne vise pas les étrangers, mais tous ceux qui viennent exercer des activités menaçant  l’environnement. «Les Burkinabè qui sont venus travailler honnêtement n’ont aucun problème, ils sont chez eux. Mais, ceux qui viennent dégrader notre environnement avec les explosifs, du mercure, des acides et autres produits chimiques très dangereux, quand il y a la pluie, ces produits chimiques descendent dans nos rivières pour tuer nos poissons et les animaux, ces Burkinabè qui ont des comportements comme ça, seront recherchés et rapatriés chez eux»,  au Burkina Faso, dit-il. 

Il a ajouté qu’un groupe de 143 Burkinabé a déjà été expulsé de Guinée. Les 43 autres interpellés mardi et détenus au camp d’infanterie de Siguiri suivront. 

Des faits qui interviennent alors que le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, s’apprête à effectuer, les 8 et 9 août 2019, une visite d’amitié et de travail en République de Guinée Conakry.

«Au cours de son séjour, le président du Faso s’entretiendra avec son homologue, le professeur Alpha Condé, sur des sujets intéressant la coopération entre les deux pays, et sur des questions d’ordre africain et mondial», annonce un communiqué de la présidence du Burkina Faso.

 

LIRE AUSSI: GUINÉE, DES ORPAILLEURS BURKINABE INTERPELLES PAR LA POLICE

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé