Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

SOCIETE

Suite à la recrudescence des actes terroristes dans les régions du Sahel, Nord, Centre-nord et de l'Est, près d'une centaine de villages se sont vidés de leurs populations et 95% de déplacés internes ont été accueillis dans plusieurs communes. Afin de contribuer à apporter un réconfort à ces personnes, la Codel accompagnée de certaines organisations de la société civile a initié une action humanitaire citoyenne dénommée ‹‹Faisons un geste›› à l'endroit de ces personnes vulnérables. 

Le lancement officiel de cette action est intervenu le jeudi 1er août 2019 au cours d'une conférence de presse. Aujourd'hui, le Burkina Faso compte plus de 250 000 déplacés qui ont dû fuir leurs villages pour éviter d'être la cible des terroristes. Au vu de ce drame qui se déroule, les acteurs non-étatiques peuvent aussi apporter leurs contributions. Et c'est le cas de la Codel, de l'association Semfilms, du Centre national de presse Norbert Zongo, du Balai citoyen, de l'Unalfa, et d'autres associations qui prévoient apporter un soutien à ces déplacés en mettant en place une action humanitaire citoyenne dénommée ‹‹Faisons un geste››. « L'Etat seul ne pourra pas apporter des réponses rapides et efficaces aux défis sécuritaires et humanitaires qui s'accroissent de jour en jour au Burkina Faso » dira Luc Damiba, président de l'association Semfilms. 

Pour ce faire, les parties prenantes de l'action « Faisons un geste » se sont mobilisés à travers une action humanitaire citoyenne qui se traduit par une collecte de fonds pour subvenir aux besoins de premières nécessités des déplacés internes dans la région du Centre-nord et d'autres régions du pays. Aussi, une collecte des besoins nécessaires pour couvrir la demande en abris et matériels ménagers, de protection contre les intempéries et les maladies, et des vivres pour assurer la sécurité alimentaire et enfin une prise en charge des problèmes de santé et d'hygiène. 

Aux dires des organisateurs, il s'agira concrètement à travers une série d'activités de susciter un élan de solidarité au plan national, au niveau de la diaspora et les amis du Burkina Faso, pour les personnes déplacées suite à la crise sécuritaire. 

Mouniratou Lougué, membre de l'association Semfilms précise que, cette action d'interpellation et d'action humanitaire vise à attirer l'attention des citoyens et des décideurs politiques sur les conditions de vie de ces déplacés internes. Elle vise également à mobiliser un élan national de soutien des citoyens à ces groupes vulnérables. 

Par ailleurs, elle vise à produire un aperçu de l'état de la situation des déplacés qui inclus les efforts du gouvernement et ses limites ainsi que les propositions alternatives pour suivre de manière durable et enfin, organiser une soirée d'interpellation et de mobilisation des contributions. 

D'autres activités sont également prévues telles que la production d'un mémorandum de 10 pages sur l'analyse de la situation des déplacés, une réalisation de 5 reportages vidéos sur les témoignages des déplacés dans les camps et lieux de refuge, la mise en place d'un dispositif de collecte des contributions citoyennes, entre autres. 

Toutefois, les organisateurs de cette action interpellent l'Etat burkinabè, premier garant des droits et libertés, et ses démembrements, à faire plus et mieux. Les collectes se font au Centre national de presse Norbert Zongo, au siège de l'association Semfilms, de l'association des blogueurs du Burkina, au siège du Balai citoyen et au siège de la Codel. Aussi, les personnes désireuses participées à cette action peuvent le faire par Mobicash au 01565356 et par Orange money au 07 69 41 41.