Aujourd'hui,
URGENT
Egypte: l'Onu demande une enquête indépendante sur la mort de l'ancien président Mohamed Morsi
Gabon: colère des femmes gabonaises après la suppression du ministère dédié à l’Égalité
Burkina: le CICR renforce les capacités des journalistes sur la couverture «responsable» des conflits armés
Procès Putsch: le parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. 
Procès Putsch: le parquet militaire demande la destitution des généraux Diendere et Bassole de leur grade. 
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat

SOCIETE

A Bogandé, dans l’est du Burkina Faso, des centaines de personnes ont manifesté ce lundi pour exiger le bitumage de la route Taparko-Bogandé-Fada, selon l’Agence d’informations du Burkina (AIB). 


En damant le macadam, les marcheurs entendaient dire «non aux multiples pertes en vie humaine dues au mauvais état de la route, de ses ponts (Sirba et Manni), aux longues heures de route et au coût élevé du transport», réentendre le porte-parole des plaignants, Ali Bourgou.

Cette marche pacifique, qui s’est déroulée dans les quatre principales communes jouxtant la RN 18 (Bogandé, Piéla, Bilanga et Manni) est la deuxième : le 11 mars 2016, les populations de la Gnagna avaient déjà marché pour réclamer le bitumage de la même voie. Elle intervient au lendemain d’une marche similaire organisée à Fada N’Gourma dimanche pour réclamer le bitumage de la route Fada-Koupéla Fait remarquer l’AIB. Si rien n'est fait dans les prochains jours, les populations promettent de se référer directement au président du Faso Roch Kaboré pour se faire entendre, a ajouté M. Bourgou.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé