Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

SOCIETE

Alors que les autorités annoncent une enquête administrative et judiciaire pour déterminer la cause de la mort, dans la nuit du 14 au 15 juillet 2019, de 11 personnes en garde à vue au sein de l’unité antidrogue de Ouagadougou, un des syndicats de la police du Burkina Faso, l’Union police nationale (Unapol) explique, dans un communiqué, que les conditions de détention et de commodité du violon pourraient avoir joué un rôle. 

L’Unapol, qui dit s’être entretenu avec des détenus ayant survécu, avec les responsables de l’Unité antidrogue et les policiers de garde la nuit du drame, assure que «les conditions de détention et de commodité du violon (notamment d’hygiène, d’exiguïté du violon, d’aération dans le violon, d’absence de toilettes…) ont été jugées très délétères par les gardés à vue et susceptibles de causer le décès de leurs codétenus». 

Des «déviances comportementales» des occupants du violon auraient également été observées au cours de la nuit. 

Par contre, l’Unapol dit ne pas avoir constaté de bavure. 

Pour leur part, nos confrères de Libreinfo.net affirment que l’une des raisons de ces décès pourrait être le nombre élevé de détenus -au moins une trentaine- dans la cellule. 

Les sources du site d’informations affirment que les détenus auraient suffoqué longtemps. Certains d’entre eux auraient tenté d’alerter la garde, mais ils n’auraient pas été pris au sérieux.

Le syndicat saisit l’occasion pour demander au gouvernement d’améliorer les conditions de détention dans les services de police en réfectionnant ou en construisant des salles de garde à vue et en dotant la police de moyens pour la prise en charge des détenus.    

Tandis que le Premier ministre annonce que «des instructions fermes ont été données pour élucider cette tragédie inacceptable et administrer des sanctions», le syndicat des policiers, lui, presse l’exécutif «de ne pas prendre de décisions hâtives, ni s'ingérer dans la procédure en cours.»

Précisons que le commissaire de l’Unité antidrogue, Richard Bélem, a été relevé de ses fonctions à titre conservatoire, sur décision de la direction générale de la police du Burkina Faso.