Aujourd'hui,
URGENT
Algérie: Abdelmadjid Tebboune élu président avec 58,15%
Etats-Unis: la commission judiciaire valide l'acte d'accusation de destitution de Donald Trump
Justice: 99 dossiers enrôlés pour les sessions des pôles criminels de Ouagadougou et de Ouahigouya
Justice: les acteurs demandent à la France de clarifier sa position sur l'extradition de François Compaoré dans l'affaire Norbert Zongo
Burkina: au moins 15 terroristes neutralisés, une base démantelée, et de l’armement saisi à Kompienga dans la Région de l'Est
Gaoua: une tonne de denrées périmées saisie par la police
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)

SOCIETE

Dans cette dépêche de l’Agence d’information du Burkina, le coordonnateur du programme national de lutte contre le paludisme, le Dr Yacouba Savadogo a affirmé que la mortalité liée au paludisme est en baisse au Burkina Faso. 

«Concernant la mortalité, nous sommes dans une très bonne dynamique, parce qu’en 2010, 9000 cas de décès étaient répertoriés dans les formations sanitaires contre 4294 cas en 2018. Ce qui veut dire que la tendance globale de la mortalité est à la baisse»,  a annoncé le coordonnateur du programme national de lutte contre le paludisme, le Dr Yacouba Savadogo.

Dr Yacouba Savadogo s’exprimait dans une interview publiée mercredi 10 juillet 2019 par le quotidien public Sidwaya.

«Nous sommes conforté dans cette position par le fait que la prévalence parasitaire, le portage du parasite, chez les enfants de six mois à cinq ans diminue d’année en année. Elle était de 65% en 2010, 45% en 2014 et de 17% en 2018 » a ajouté M. Savadogo.

A en croire le coordonnateur du programme national de lutte contre le paludisme, le Dr Yacouba Savadogo ces chiffres traduisent la baisse du nombre de nouveaux cas, grâce notamment à l’accès aux soins.

En rappel depuis 2017, le Burkina Faso a été choisi comme pays prioritaire par l’initiative présidentielle américaine contre le paludisme (PMI) qui reçoit annuellement près de 15 milliards de FCFA du gouvernement américain dans lutte contre la maladie.

Le docteur Savadogo garde l’espoir que l’objectif mondial d’éliminer le paludisme à l’horizon 2030 sera atteint.

«Il y a des interventions futuristes, car tous les moyens de lutte devront permettre d’aller vers l’élimination du paludisme d’ici 2030 » poursuit-il.

De ce fait, il invite la population à utiliser les moyens préventifs notamment les moustiquaires tout le temps et avoir recours précocement aux formations sanitaires en cas de signes.

Agence d’Information du Burkina

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé