Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: décédé le 8 juillet 2020, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly inhumé le  17 juillet à Korhogo. 
Mali: le Premier ministre a déclaré vouloir former "très rapidement" un gouvernement d'ouverture.
Mali: plusieurs figures de l'opposition arrêtées samedi après des troubles quasi insurrectionnels qui ont fait quatre morts. 
Présidentielle: Roch Marc Christian Kaboré officiellement investi par le MPP pour briguer un nouveau mandat en novembre 2020.
Transports: la liaison ferroviaire entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso a repris mercredi 8 juillet 2020 sur l'ensemble de la ligne. 
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 

SOCIETE

Dans cette dépêche de l’Agence d’information du Burkina, le coordonnateur du programme national de lutte contre le paludisme, le Dr Yacouba Savadogo a affirmé que la mortalité liée au paludisme est en baisse au Burkina Faso. 

«Concernant la mortalité, nous sommes dans une très bonne dynamique, parce qu’en 2010, 9000 cas de décès étaient répertoriés dans les formations sanitaires contre 4294 cas en 2018. Ce qui veut dire que la tendance globale de la mortalité est à la baisse»,  a annoncé le coordonnateur du programme national de lutte contre le paludisme, le Dr Yacouba Savadogo.

Dr Yacouba Savadogo s’exprimait dans une interview publiée mercredi 10 juillet 2019 par le quotidien public Sidwaya.

«Nous sommes conforté dans cette position par le fait que la prévalence parasitaire, le portage du parasite, chez les enfants de six mois à cinq ans diminue d’année en année. Elle était de 65% en 2010, 45% en 2014 et de 17% en 2018 » a ajouté M. Savadogo.

A en croire le coordonnateur du programme national de lutte contre le paludisme, le Dr Yacouba Savadogo ces chiffres traduisent la baisse du nombre de nouveaux cas, grâce notamment à l’accès aux soins.

En rappel depuis 2017, le Burkina Faso a été choisi comme pays prioritaire par l’initiative présidentielle américaine contre le paludisme (PMI) qui reçoit annuellement près de 15 milliards de FCFA du gouvernement américain dans lutte contre la maladie.

Le docteur Savadogo garde l’espoir que l’objectif mondial d’éliminer le paludisme à l’horizon 2030 sera atteint.

«Il y a des interventions futuristes, car tous les moyens de lutte devront permettre d’aller vers l’élimination du paludisme d’ici 2030 » poursuit-il.

De ce fait, il invite la population à utiliser les moyens préventifs notamment les moustiquaires tout le temps et avoir recours précocement aux formations sanitaires en cas de signes.

Agence d’Information du Burkina