Aujourd'hui,
URGENT
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)

SOCIETE

Les secrétaires généraux de l’Unité d’action syndicale (UAS) ont tenu une conférence de presse ce lundi 8 juillet 2019 à la bourse du travail de Ouagadougou. Objectif : informer l’opinion nationale et internationale d’un certains nombres de préoccupations en lien avec l’évolution de la situation nationale.

Lors de cette conférence, les secrétaires généraux de l’Unité d’action syndicale (UAS) se sont beaucoup appesantis sur l’affaire d’assassinat des militants de l’Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ). L’UAS remarque que hors mis les nombreuses entraves qui marquent jusque-là les démarches engagées par l’ODJ pour élucider ces crimes, elle observe que les autorités aussi bien nationales que provinciales se sont jusque-là dégagées de toutes les charges liées à la réalisation des autopsies sur les corps des victimes.  Concernant le communiqué de presse du parti au pouvoir réclamant la lumière sur cette affaire, Bassolma Bazié répond : « Nous ne sommes pas satisfaits des communiqués, il faut aller au-delà ».  

Pour rappel, le 31 mai 2019, deux militants de l’ODJ ont été « assassinés » dans la province du Yagha, alors qu’ils se rendaient à une rencontre avec le Haut-commissaire de la région. L’UAS a profité dénoncer les exécutions sommaires et les règlements de compte sous le couvert de la lutte contre le terrorisme.

Les secrétaires généraux de l’UAS ont également félicité le Conseil constitutionnel pour s’être auto saisie du dossier sur le nouveau code pénal. Ils espèrent que par cette action, la justice va ordonner la relecture de la loi qu’ils qualifient d’absolument liberticide. Pour les secrétaires généraux, le nouveau code pénal criminalise l’insurrection et a été adopté dans le but de museler la presse et la liberté d’expression. 

Les secrétaires généraux sont revenus sur la rencontre avec le gouvernement le 5 juillet dernier, portant sur le processus de reprise de la rencontre gouvernement/syndicats. L’UAS se dit réjouie de l’initiative du gouvernement et a exprimé sa disponibilité à reprendre les négociations. Selon l’UAS, le gouvernement s’est engagé à lui (UAS) fournir le rapport du comité bipartite et à mettre en place un nouveau comité de six membres pour examiner ces conclusions.

 

                                                                      

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé