Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record
Burkina: le Premier ministre souhaite la reprise des négociations avec le monde syndical avant la fin de l'année
UE: la présidente von der Leyen veut «un nouveau départ» pour l'Europe
Burkina: l’Opposition politique exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

SOCIETE

La commémoration de la 32e journée internationale contre l'abus et le trafic de drogues au Burkina Faso se déroulera du 26 juin  au 31 juillet 2019 à Ouagadougou, région du centre  et à Pô, région du Centre-sud. A cet effet, le ministre de la sécurité Ousseni Compaoré a animé une conférence de presse au nom du Comité national de lutte contre la drogue .L'objectif  était  d’informer l'opinion publique nationale et internationale sur les actions menées en matière de lutte contre la drogue au Burkina Faso. 

Cette année et pour la troisième année consécutive, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a choisi comme thème de campagne internationale : « Écoutez d'abord ». Par ce thème, l’ONUDC encourage, entre autres, les parents à être à l'écoute des enfants et des jeunes afin de les aider à grandir en sécurité et en bonne santé. Selon le ministre Ousséni Compaoré, pour rester dans le sillage du  thème de la campagne internationale et pour faire écho de l'approche « droit humain » prôné, le Burkina a retenu comme  thème national : « Problématique de la drogue en milieu jeune : rôles et responsabilités des acteurs ».

« Ce thème est une invite à la pleine responsabilité individuelle et collective de tous les parents. Malgré les moyens matériels  et humains limités des forces de sécurité, des services administratifs et des associations de notre pays, les actions entreprises par ces derniers dans le domaine de réduction de l'offre et de la demande de drogue ont permis d'aboutir à des résultats tangibles en 2018 »  a expliqué le ministre de la sécurité. Il a cité comme résultats, des séances de sensibilisation sur les méfaits de l'abus des drogues et des renforcements  des capacités des acteurs de lutte contre la drogue.

Au titre des actions de répression, il a été saisi dans  la même période : 10,625 tonnes de cannabis ; 5,665 kg de cocaïne ; 18,603 kg d'héroïne et 75,294 tonnes de médicaments prohibés. Au titre de l'année 2018, le conseil national pour la prévention de la violence à l'école (CNPVE), a élaboré une stratégie nationale de lutte contre la drogue, la toxicomanie et la violence en milieu scolaire. Pour M. Compaoré, si des résultats significatifs ont pu être obtenus, ils ne doivent pas voiler la face sur les insuffisances dont le principal est l'absence d'une stratégie nationale de lutte contre la drogue pour orienter l'action de différents acteurs.  

Suite au point de presse, ce sont au total 35,300 tonnes de drogues qui ont été incinérés au centre d'enfouissement technique et de valorisation des déchets. « Ce n'est pas toute la saisie de l'année 2018 qui a été incinérée parce que nous avons dans nos magasins des drogues qui sont toujours stockées. Ce que nous avons ici ne  représente même pas le quart des saisies donc c'est juste un échantillon. Nous allons organiser une séance spéciale pour procéder à l'incinération du reste parce que nous avons même des magasins qui contiennent des saisies dans les régions »  a déclaré Pélagie Félicienne Marie Konseibo, secrétaire permanente du comité national de lutte contre la drogue. Comme activité commémorative, après cette incinération,  il est prévu  un cross populaire demain 27 juin 2019.

Le Comité national de lutte contre la drogue est la structure ministérielle de coordination et d'orientation de la politique gouvernementale en matière de lutte contre l'abus et le trafic illicite des drogues au Burkina Faso.

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé