Aujourd'hui,
URGENT
Nobel: le prix Nobel de la paix attribué au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed
Tunisie: la justice a décidé de libérer le candidat à la présidentielle Nabil Karoui, en détention pour des soupçons de fraude fiscale
Fonds mondial: le montant des 14 milliards de dollars pour éradiquer le Sida, la tuberculose et le paludisme d'ici à 2030 a été atteint
Littérature: les Nobel de littérature 2018 et 2019 attribués à la Polonaise Olga Tokarczuk et à l’Autrichien Peter Handke
Fonds mondial: le Burkina Faso s’engage pour un montant d’un million de dollars soit près de 595 millions de FCFA
Ouagadougou: une importante quantité de déchets biomédicaux saisie par la Police municipale
Burkina: le collectif des syndicats de l’aéronautique civile suspend son mot d’ordre de grève de 48 heures ( du 11 au 12 octobre)
Téléphonie: le Rwanda présente son premier smartphone « Made in Africa »
Guinée: l'opposition appelle à manifester contre un 3e mandat d'Alpha Condé
Burkina: une trentaine de terroristes neutralisés à Gorgadji (Région du Sahel)

SOCIETE

Ceci est un communiqué de presse de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) sur la récente révision du Code pénal dont des articles encadrent « strictement » la diffusion des informations liées aux attaques terroristes. Elle invite les autorités burkinabè à abandonner ladite loi qui constitue une violation des libertés d’expression.

L’Assemblée nationale du Burkina Faso a adopté le 21 juin une réforme du Code pénal qui prévoit jusqu’à dix années de prison pour la diffusion d’informations relatives aux opérations militaires. La Fédération internationale des journalistes (FIJ) et l’Association des journalistes du Burkina (AJB) appellent à l’abandon de cette loi qui constitue une violation caractérisée de la liberté de la presse.

La réforme est présentée par le gouvernement comme un moyen de renforcer la lutte contre les groupes terroristes, notamment l’organisation Etat islamique et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, dont les attaques se font de plus en plus fréquentes sur le territoire burkinabé. Au total, celles-ci ont fait au moins 450 morts depuis 2015.

Cependant,  le texte contient de nombreuses dispositions qui mettent danger la liberté de la presse au Burkina Faso. Désormais, quiconque communiquera des informations relatives aux déplacements ou aux armes des forces armées ou qui seraient à même de « démoraliser » les soldats sera passible de peines pouvant aller jusqu’à dix années de prison.

La diffusion d’« images et sons de scènes d’infractions de nature terroriste » sera punie par la loi, sauf à obtenir une autorisation préalable délivrée par l’Etat.

Le Secrétaire général de la FIJ, Anthony Bellanger, a déclaré : « La réforme du Code pénal burkinabé restreint considérablement le travail des journalistes et de la liberté d’informer. Elle risque par exemple de faire obstacle à des enquêtes sur d’éventuelles exactions commises par l’armée. Il s’agit d’une loi liberticide, et nous appelons à son retrait immédiat. »

Le président de l’AJB Guezouma Sanogo dénonce une « caporalisation de l’information relative aux actes terroristes et un bâillonnement de la presse nationale ». « Ce projet de loi interdit tout simplement aux journalistes de faire des reportages en cas d’attaque terroriste dans la mesure où leur présence même sur les lieux est criminalisée », a-t-il souligné.

 

 

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé