Aujourd'hui,
URGENT
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)

©Rako Badini

SOCIETE

Selon cette dépêche de l’Agence d’Information du Burkina, des médecins ont exprimé  leur ras-le-bol ce lundi 24 juin dans la matinée, au ministère de la Santé. Ils ont octroyé  un ‘’carton jaune’’ aux autorités sanitaires qui tardent selon eux,  à donner une réponse satisfaisante à leur plateforme revendicative déposée depuis le 30 avril dernier. 

«Nous sommes venus ce matin avec nos camarades infirmiers, sages-femmes, médecins pour donner un message d’avertissement au ministère de la santé. En effet depuis le 30 avril où nous avions déposé notre préavis, à ce jour, nous n’avions reçu aucune réponse formelle de nos préoccupations. Nous estimons que c’est un mépris, un mépris grave doublé d’une sous-estimation de la crise du système de santé», a déclaré le secrétaire général du Syndicat des médecins du Burkina (SYMEB), Dr Alfred Ouédraogo.

«Nous sommes heureux ce matin de vous remettre notre message, par ce que vous avez déjà notre plateforme revendicative et donc nous vous remettons ce message juste pour vous dire que c’est un ‘’carton jaune’’, nous n’aimerions pas arriver jusqu’au carton rouge et nous espérons que vous allez prêter une oreille attentive à toute cette plateforme revendicative.», a ajouté la secrétaire générale du syndicat des sages-femmes et maïeuticiens du Burkina (SYSFMAB) Honorine Kabré à l’endroit du secrétaire général du ministère de la Santé, Dr Wilfried Ouédraogo.

Dr Wilfried Ouédraogo a rassuré les différents syndicats que l’ensemble de leurs points de revendications sont en cours de traitement par le gouvernement et que très bientôt ils auront le retour d’information par rapport à leurs points de revendications.

Dr Alfred Ouédraogo a déploré certaines réalités qu’ils vivent dans leurs lieux de service et interpelle les autorités à vite prendre des mesures adéquates. «Depuis plusieurs mois, il y a des pannes dans les laboratoires, dans la plus part des structures de santé il n’y a plus de film de radiologie, les réactifs sont en passe de finir. Nous sommes en train d’aller  dans un déclin du système de santé et nous interpellons les autorités sanitaires à ne pas sous-estimé la crise sanitaire pour le bien-être des populations et à régler rapidement la précarité des agents de santé pour que nous puissions nous remettre très vite au travail», a-t-il martelé.

A en croire le secrétaire général du ministère de la santé,  le gouvernement fait tout son possible également pour soulager les populations de leur fardeau de maladies. «Nous sommes tous des acteurs du secteur de la santé et nous travaillons tous à ce qu’il y ait des meilleures  conditions de travail pour l’ensemble du personnel afin que l’on puisse offrir des soins de qualité aux populations. Donc nous en tant que gouvernement nous faisons en sorte que les moyens en termes d’équipements, également en termes d’intrants puissent être disponibles dans les structures afin que les agents de santé puissent rendre les services comme il se doit à la population», a rapporté le Dr Wilfried Ouédraogo.

Agence d’Information du Burkina

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé