Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)
Togo: le président Faure Gnassingbé investi candidat par son parti pour la présidentielle du 22 février 2020
Irak: «Plus d'une douzaine de missiles» ont été tirés par l'Iran contre deux bases utilisées par l'armée américaine (Pentagone)

Image d'illustration

SOCIETE

Le  forum sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme dans  la zone G 5 Sahel, organisé par le Groupement des éditeurs  de presse publique de l'Afrique de l'ouest (Geppao),  débuté le 20  juin 2019, a refermé ses portes ce 21 juin à Ouagadougou. Le ministre de la communication et des relations avec le parlement, Remis Fulgance Dandjinou, représentant le président du Faso, a présidé la cérémonie de clôture. 

Pendant 48 h, des experts de différents domaines, venus d'horizons divers ont passé au peigne fin la sécurité en Afrique de l'ouest dans toutes ses dimensions pour révéler les raisons, les conséquences, mais aussi les recommandations pour une ''désescalade'' de la violence en vue d'un retour à la sécurité et à la paix sociale. Citant le président du Faso, le ministre Remis Fulgance Dandjinou a déclaré que « la qualité des intervenants et la pertinence des contributions ont donné une substance conséquente à cette rencontre » et cela a abouti a deux résultats « importantes ». « Premièrement, la mise en place d'un comité scientifique appelé à poursuivre l'excellente réflexion entamée au cours de ce forum. Deuxièmement, l'élaboration d'un projet d'éducation et de sensibilisation des acteurs des médias de la sous région dans le sens d'une participation plus efficace à la lutte contre le terrorisme. Ledit projet sera soumis à l'Uemoa pour son application » a révélé le ministre Dandjinou. 

A l'endroit des médias et des gouvernants, quelques recommandations ont été faites à cette clôture : « S'agissant des médias,  il faut créer des espaces d'informations, d'éducation et de sensibilisation sur le vivre ensemble et spécialiser  des journalistes reporters de traitement de l'information sécuritaire.  A l'endroit des gouvernants, il s'agit de faciliter le travail des journalistes en renforçant leur capacité d'intervention sur le terrain, développer la confiance en valorisant les médias nationaux et en instaurant un climat de confiance entre les acteurs »  a  déclaré Hyacinthe Sanou, porte parole de la  presse.

Les participants du forum ont quant à eux formulé quatre appels. Il s'agit, entre autres,  pour l'ensemble des médias en particulier ceux membre du Geppao de  la mise en place et de  la valorisation d'un comité d'experts issu de ce forum avec rang consultatif pour les gouvernants  et « l'édiction »  d'une charte éthique commune en situation de crise sécuritaire. Alain Didier Compaoré, en tant que journaliste participant, a affirmé avoir tiré profit de cette rencontre : « Nous sommes en période de crise et c'est difficile entre journaliste parce qu'il il y a des informations qu'on nous empêche de publier alors qu'en tant que journaliste nous avons le devoir de communiquer sur ce qui se passe. Donc, on trouve à partir de ces communications, le juste milieu pour ne pas entraver le travail de la sécurité. Les communications étaient vraiment enrichissantes ».

 Dans la même veine, le président du Geppao, Venance Konan a affirmé que les travaux ont été riches et que les interventions lors de cette rencontre   ont été d'une densité à «  émouvoir »  les participants. « Nous allons nous employé à appliquer les résolutions qui sont ressorties. Il s'agit de faire en sorte que les hommes de médias et ceux qui travaillent dans le domaine de la sécurité puisse coopérer et qu’en « ensemble nous venions à bout de ce monstre qui tente de détruire notre région » a laissé entendre M. Konan. 

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé