Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l‘économiste Abdallah Hamdok, ancien collaborateur des Nations unies, a prêté serment comme Premier ministre
Mali: 5 morts dans l'attaque d'un convoi militaire au centre du pays
Burkina: les cinq militaires portés disparus suite à l'attaque de Koutougou ont été retrouvés "tous vivants" (Armée nationale)
Kampti (Poni): 7 morts dans des éboulements de mines d’or artisanales
Etats-Unis: le FMI critique ouvertement la politique commerciale de Donald Trump
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)

Crédit photo: Ouaga FM

SOCIETE

Le ministre de l'Education nationale, de l'Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales (MENAPLN), Stanislas Ouaro a procédé ce jeudi 6 juin 2019 au lancement des examens du CAP, BEP et BEPC à Boussé, dans la région du plateau central. Au total, ce sont 304.096 candidats répartis dans 1.427 centres de composition, soit 7.28 jury et 699 centres secondaires, qui partent ainsi à l’assaut du 2e diplôme scolaire

Pour les examens de l'Enseignement technique et de la Formation professionnelle, on enregistre cette année, 12.028 candidats dont 38, 9% de filles et 61,1% de garçons, soit un taux d'accroissement de 6,38%. Pour le BEPC, 304.096 candidats sont inscrits contre 314.387 en 2018. On note 52% de filles et 42% de garçons, soit une régression de 3,27%. Mais dans l’ensemble, tout semble bien se dérouler en cette première journée de composition. Dans les quelques centres visités ce jeudi matin à Ouagadougou par notre équipe, aucun incident majeur n’a été enregistré.

Président du jury 24 et président de centre du lycée le Réveil, Emmanuel Kaboré fait remarquer que toutes les consignes ont été respectées. Appel dès 6h30, entrée des candidats en salles puis lecture des consignes d’usages aux candidats. «Nous sommes satisfaits parce que nous n’avons pas enregistré d’incidents majeurs. Même s’il a été signalé quelque erreurs sur des numéros ou des noms mais ce sont des choses qui peuvent être corrigées. Dans ces cas, les consignes consistent à nous référer aux numéros PV puisque l’erreur est humaine et il peut avoir des petites erreurs de saisie», indique M. Kaboré.

Dans ce centre, un élève a été admis en salle sur présentation du récépissé au lieu de sa carte nationale d’identité. Preuve selon M. Kaboré, qu’il y a de la flexibilité même si la rigueur est de mise. Toutefois, il a été demandé au candidat en question, de venir avec sa carte scolaire dans l’après-midi. «Il faut que les candidats soient sereins et qu’ils ne paniquent pas. Aux parents également, nous demandons d’être serein et de soutenir les candidats», conseille Emmanuel Kaboré. Dans ce centre qui regroupe deux jury, 37 candidats sont absents sur les 792 inscrits.

Au Lycée Mixte de Gounghin, ils sont 1.323 candidats répartis en trois jury (49, 50 et 51, soit 441 candidats par jury). Ici, la compilation n’avait pas encore été faite au moment de notre passage. Toutefois, elle sera faite après les premières épreuves, rassure Simandé Konkobo, proviseur du lycée mixte de Gounghin. «C'est vrai qu'il y a eu beaucoup de perturbations durant cette année scolaire mais pour un élève qui depuis octobre sait ce qu'il veut, il  doit pouvoir s'en sortir normalement. Mais les crises peuvent avoir amené une sorte de déconcentration des élèves par moment ce qui ne sera pas sans conséquences par rapport aux résultats de certains», reconnait M. Konkobo.

Les candidats ont démarré cette journée par les épreuves de dictée, maniement et connaissance de la langue, expression écrite, Sciences de la vie et de la terre et l’anglais. La journée du vendredi sera consacrée aux mathématiques et la physique/chimie. Les résultats du premier tour sont attendus autour du 14 juin 2019 et le budget de tous les examens du MENAPLN est estimé cette année à 14.536.685.184 FCFA.

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé