Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Bamory Ouattara remplace Nabi Issa Coulibaly à la tête de La Poste (conseil des ministres). 
Ouagadougou: 2 bus touchés par les flammes le 24 février dans un incendie sur le nouveau site de la Direction générale de la police municipale.
Sanmatenga: 3 policiers et 1 civil tués le 24 février dans une embuscade tendue par des individus armés sur l’axe Pissila-Gibga.  
Ouahigouya : le corps sans vie d’un attaché d'éducation retrouvé après une attaque terroriste le 22 février dans le village de Samboulga. 
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 

SOCIETE

Ceci est une déclaration de la Commission nationale des droits humains (CNDH) sur l’attaque de l’église paroissiale de Dablo qui a fait six morts dont le vicaire qui célébrait la messe dominicale. Elle invite donc le gouvernement « à rechercher les auteurs de ces différents actes et à les punir à la hauteur de leur forfait ».

C’est avec une profonde consternation que la Commission nationale des droits humains (CNDH) a appris l’attaque perpétrée le dimanche 12 mai 2019, par des individus armés non identifiés contre une église catholique dans la commune de Dablo, province du Sanmatenga causant le décès de six (6) personnes dont le prêtre.. La CNDH  condamne sans réserve cette énième attaque dirigée contre des leaders et des membres de confessions religieuses ainsi que des lieux de culte et de prière, après celle de Silgadji, d’Arbinda et autres localités.  

En tant qu’institution nationale de défense, de promotion et de protection des  Droits humains, elle   tient à rappeler que le Burkina Faso est un Etat laïc où la liberté de croyance, de non croyance, d’opinion religieuse et d’exercice de culte est reconnue et garantie à tous les citoyens. Cette reconnaissance de droit s’est affermie avec les pratiques des différentes confessions religieuses et de leurs fidèles à travers notamment, la solidarité, la cohabitation et le dialogue interreligieux que ne sauraient remettre en cause des actes d’une telle barbarie.

La CNDH invite les populations à faire preuve de retenue et à ne pas céder à la tentation de se faire justice ni à l’esprit de vengeance.

La CNDH interpelle le Gouvernement à rechercher les auteurs de ces différents actes et à les punir à la hauteur de leur forfait, conformément aux engagements du Burkina Faso.

La CNDH appelle et encourage le Gouvernement à poursuivre ses efforts de sécurisation de l’ensemble du territoire national et à faire cesser les attaques contre les populations civiles et les forces de défense et de sécurité.

Pour la Commission Nationale des Droits Humains,

Ouagadougou le 13/05/2019

Le Président

Kalifa Yemboado Rodrigue NAMOANO

 

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé