Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

SOCIETE

Un homme est mort par balles alors qu’il tentait de se soustraire à un contrôle dans la nuit de dimanche à Ouagadougou. La police, dans un communiqué, donne des explications sur ce qui se serait passé. 

Les faits se seraient déroulés dans la nuit du dimanche 12 mai 2019, selon le communiqué. Un individu suspect a été aperçu par des éléments de l’Unité d’intervention polyvalente de la police nationale à hauteur des feux tricolores de IAM Ouaga 2000.

D’après la police, l’homme a refusé d’obtempérer aux injonctions des policiers et a pris la fuite en se dirigeant vers l’échangeur de Ouaga 2000 où il s’introduit dans un caniveau couvert.

«Face à sa volonté manifeste d’échapper aux éléments, ceux-ci ont procédé à des tirs de sommation afin de l’obliger à sortir du caniveau. Malheureusement, il a été mortellement atteint. Le corps a été retiré du trou du caniveau et une enquête a été ouverte», précise le document. 

Une enquête qui sera peut-être compliquée par le fait que, selon le communiqué, l’individu ne détenait aucun document ou objet ou  permettant de l’identifier. 

Depuis 2016, la situation sécuritaire su Burkina Faso fait l’objet d’attaques de nature terroristes récurrentes.

Sa capitale Ouagadougou, a été frappée à trois reprises. Dans son communiqué, la police rappelle que la lutte contre l’insécurité est l’apanage de tous et invite la population à collaborer.  

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé