Aujourd'hui,
URGENT
Médias: un incendie a ravagé ce matin les  locaux de la télévision BF1. Pas de blessé, mais d'importants dégâts matériels.
Burkina: le secteur minier, c’est 71% des recettes d’exportation,  50 tonnes d’or produites en 2019 qui ont rapporté 1420 milliards FCFA.
Mines: en 2020, l’exportation d’or a rapporté près de 2 000 milliards de FCFA au Burkina (Oumarou Idani). 
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  

Yiyé Constant Bazié entend poursuivre le plaidoyer

SOCIETE

C'est environ une centaine de personnes qui ont pris d'assaut la Place de la nation ce samedi 11 mai 2019 pour exiger l'application des textes encadrant la circulation des véhicules poids lourds dans la capitale burkinabè. Initié par le conseiller municipal, Yiyé Constant Bazié, ces personnes espèrent par ce sit-in exiger du conseil municipal de Ouagadougou et des autorités l'application des textes en la matière.

Il y a quelques semaines de cela, deux élèves de la ville de Ouagadougou ont perdu la vie écrasé par camions qui circulaient à des heures non autorisées. Très engagé depuis plusieurs années contre leur circulation aux heures de pointes, le conseiller municipal de l'arrondissement 2, Yiyé Constant Bazié, a initié ce sit-in pour, dit-il, exiger la règlementation des heures de circulation des camions poids lourds. Malgré la faible mobilisation constatée, l'initiateur de ce mouvement pacifique dit être fier. « Nous sommes fiers d'être là. Même s'il fallait que nous soyons seul, moins encore que ça, nous allons être là parce que nous, nous n'allons pas continuer à être la mauvaise conscience de ces gens qui ne veulent pas accepter de défendre la vie des jeunes enfants » s'est-il exprimé.

Rasmané Nikiéma, président de la lutte contre la violence et l'insécurité routière qui fait de l'insécurité routière son combat quotidien, dit être déçu de l'absence de ses ‹paires›. Il dit apprendre la tenue du sit-in que la veille (Ndlr, vendredi 10 mai) mais, clame-t-il, déjà à 7 heures il était présent sur les lieux du sit-in. « Moi, je ne suis pas venu à la Place des nations pour une affaire politique. Je suis là parce que j'ai des élèves, j'ai vu beaucoup d'accidents qu'on pouvait éviter. C'est la conscience qui doit faire changer la mentalité de nos autorités » s'est-il justifié. 

Il a révélé que, certaines fédérations ont fait savoir que le gouvernement leur a informé la veille du sit-in que les textes seront appliqués, ce qui pourrait expliquer l'absence de ces organisations. Donc, il lance un appel au maire de Ouagadougou de faire appliquer la loi dans toute sa rigueur. A l'endroit de la police, il l'exhorte à prendre des sanctions quand il le faut.

Dans la soirée de ce samedi 11 mai, un camion a encore ôté la vie à une élève en classe de 3e. C’était en début de soirée, une heure où ces camions ne devraient pas être en circulation sur les principales artères.

Au début de mois de mai, la commune de Ouagadougou s’est doté d'un nouvel arrêté règlementant la circulation et le stationnement des poids lourds dans la commune de Ouagadougou. Les véhicules dont le poids total autorisé en charge est supérieur ou égal à 10 tonnes n’est autorisée désormais que de nuit entre 22 heures et 5 heures du matin sur les principaux axes routiers.