Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

Photo: DCPM/MATDSI

SOCIETE

Une délégation des transporteurs et des chauffeurs routiers du Burkina Faso était face au ministre en charge  de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, et son collègue des Transports, Souleymane Soulama, ce mardi 17 janvier 2017. Les échanges ont porté sur les tracasseries routières.


«Il y a trop de rackets sur nos voies», se sont plaint les transporteurs devant les deux ministres. Prenant l’exemple de l’axe Ouaga-Pô, Guy Olivier Ouédraogo, secrétaire général de la Fédération syndicale burkinabè à laquelle est affiliées l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) a expliqué que si ils doivent être contrôlés «par exemple 11 fois, ce n’est pas facile. Nos chauffeurs perdent trop de temps et beaucoup d’argent».

En réponse, Simon Compaoré leur a conseillé de veiller à être en règle vis à vis des documents. Et si malgré tout ils sont victimes de tentative de racket, Ils peuvent se tourner la «police des polices», qui a vu le jour pour faire baisser les rackets.

Cette police des polices installée en septembre 2016 et baptisée «Contrôle des services de sécurité», est composée d’une quarantaine de membres et chargée du contrôle des services de sécurité est chargée du contrôle des actions des forces de sécurité déployées sur les différents axes du Burkina Faso.

Le ministre en charge de la Sécurité intérieure a ajouté que si ces contrôles existent, c’est parce qu’ils sont nécessaires.  «Si les gendarmes et les policiers font ces contrôles, ils savent pourquoi ils le font. Contentez-vous de présenter les documents afférents aux véhicules en règles. Et Si, les forces de sécurité vous demandent de payer de l’argent alors que vous êtes en règle vis-à-vis de vos documents, ne payez pas ! Restez sur votre position et avisez nous», martèle M. Compaoré.