Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

SOCIETE

Réunis le lundi 22 avril 2019 en assemblée générale extraordinaire, les avocats du Burkina ont décidé d’observer un arrêt de travail de 96 heures sur toute l’étendue du territoire national à compter de ce mardi 23 avril 2019 et ce jusqu’au vendredi 26 avril prochain. Ils prévoient aussi une marche pour le respect de la justice et des droits humains le lundi 29 avril. 

Selon les avocats, ce mouvement d’humeur a pour objectif de dénoncer « les graves dysfonctionnements de l’appareil judiciaire du Burkina Faso ». Pour les auxiliaires de justice, depuis octobre 2018, « il y a une interruption d’un pan des activités juridictionnelles notamment les audiences de flagrants délits, les audiences de citations directes, les audiences devant les juges d’instruction et ce, sur toute l’étendue du territoire national ». 

En plus de cela, les avocats constatent que depuis le 19 avril dernier, toutes les audiences civiles, commerciales, administratives, sociales, référé et exécutions ont été également interrompues.  « L’assemblée générale dénonce cette situation qui engendre une violation massive et indiscriminée des droits humains, en l’occurrence, le droit d’être jugé dans un délai raisonnable, le droit d’accès au juge, le droit au principe de la permanence, et de la continuité du service public de la justice. A cet égard, la responsabilité de ces violations incombent à l’Etat dont le rôle est de prévenir les dysfonctionnements et de les résoudre quand ils surviennent malgré tout» peut on lire dans le communiqué sanctionnant la session. C’est donc dans le but d’interpeller l’autorité sur ces manquements que les avocats ont décidé de cet arrêt de travail de 96 heures et de la marche prévue le 29 avril prochain.

Pour tenter de comprendre les motivations des avocats, le ministre en charge de la justice, René Bagoro a rencontré ce mardi 23 avril 2019, le bâtonnier Paulin Salemberé. « J’ai été reçu par le ministre de la Justice qui a voulu qu’on échange sur la déclaration de l’assemblée générale extraordinaire des avocats tenue hier 22 avril, des difficultés rencontrées au niveau des juridictions », a indiqué le Bâtonnier à sa sortie d’audience, selon le service de communication du ministère.

La question de la levée de la grève décrétée à compter de ce mardi a été abordée et le Me Salemberé a répondu en ses termes : « Ce n’est pas le Bâtonnier qui a décrété un mot d’ordre de suspension de participation aux activités juridictionnelles de 96 heures, c’est l’assemblée générale extraordinaire des avocats. Donc il ne m’appartient pas moi sans convocation de cette assemblée de revenir sur la question (…) Mais nous avons pu échanger, nous avons compris les efforts qui sont faits au niveau du ministère. Il y a de bonnes perspectives, donc nous aviserons ».  

Durant donc les 96 heures d’arrêt de travail, les avocats suspendront leur participation à toutes les audiences des cours et tribunaux sur toute l’étendue du territoire national.