Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 
5e RGPH: la ministre en charge de la famille, Laurence Ilboudo plaide pour un recensement exhaustif des personnes en situation de  handicap
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record

SOCIETE

Créée en 2017 à Abidjan en Côte d’Ivoire, Woman leader est une association à but non lucrative qui œuvre pour la promotion du genre, le développement féminin, le leadership de la femme et l’autonomisation de la jeune fille. Dans l’optique d’étendre ses tentacules dans la sous-région, la section Burkina a été lancée ce samedi 16 mars 2019 à Ouagadougou par sa présidente, Tara Nikiema.


«Nous sommes des femmes en devenir et la jeune fille a un potentiel et une place de choix à côté de l’homme dans la société», explique Johanne Djakpassou, présidente de Woman leader/Burkina qui estime que «l’avenir se prépare maintenant.» Woman leader se veut donc un creuset de partage d’expériences, d’échanges, de conseils et de promotion du leadership de la femme en générale.

A l’occasion du lancement de ses activités à Ouagadougou, l’association a bénéficié de la présence et des conseils de femmes et hommes de diverses couches sociales. Fortes de plus de 800 membres, Woman leader/Burkina invite toutes les personnes éprises de la question du genre, à l’accompagner pour l’atteinte de ses objectifs. Lesquels objectifs sont entre autres, la sensibilisation des jeunes filles sur les bonnes pratiques au sein de la société, la prise de conscience de leur devenir, les bonnes pratiques dans la vie conjugale etc. Elle compte d’ailleurs sur l’implication des «mamans» et «papas» dans la mise en œuvre de son plan d’action qui consiste essentiellement à l’organisation de conférences débats, de dons aux enfants orphelins etc.

«L’accès à l’éducation est difficile pour la jeune fille aussi bien en Côte d’Ivoire qu’au Burkina Faso.  Nous souhaitons donc un système de mentorat qui permettra à nos mamans et papas d’aider les enfants qui sont dans le besoin. Ceci aidera à régler en partie le problème parce que nous ne devons pas compter que sur les Etats», fait remarquer Tara Nikiema. Pour elle donc, il est temps que la jeune fille prenne son destin en main. Après le Burkina, d’autres pays tels que le Bénin, le Togo sont en ligne de mire en vue d’étendre le champ d’action de l’association.
 
 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé