Aujourd'hui,
URGENT
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain

SOCIETE

Mettre l’art au service du développement, c’est ce que vient de faire l’artiste slameuse burkinabè Malika Rakizatou Ouattara dite Malika La Slamazone. En effet, l’artiste sur fond propre, a fait réhabiliter la salle de consultation pédiatrique de l'hôpital Sourou Sanou de Bobo-Dioulasso. La coupure du ruban du nouveau bâtiment pédiatrique a eu lieu le mardi 5 mars 2019 dans la ville de Sya.

 Du haut de ses 25 ans, Malika Ouattara vient ainsi de faire parler son cœur et de démontrer que l’art peut-être au service du développement. En effet, la Slamazone et son équipe ne sont pas à leur première œuvre humanitaire et sociale. Des dons à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (Maco), dans des orphelinats et associations pour personnes démunies etc. «Nous ne faisons pas de médiatisation de nos activités sociales parce que ce qui compte pour nous, c’est la satisfaction personnelle que l’on a après avoir fait une bonne œuvre», clame-t-elle.

          
                                                                              Photo de famille avec le personnel de l'hôpital


 
L’histoire de la réhabilitation et de la décoration du bâtiment de consultation pédiatrique de l’hôpital Sourou Sanou a débuté par le Professeur Bandré, chirurgien pédiatre qui a attiré l’attention de l’équipe managériale de l’artiste sur les besoins de l’hôpital Sourou Sanou, surtout dans la section pédiatrie.

                   
                                                        Les larmes aux yeux, l'artiste manifeste ainsi toute l'humilité qui la caractérise

Il s’agissait de décorer la salle de consultation des enfants mais aussi de réhabiliter tout le bâtiment de la consultation externe de chirurgie. «Je n’ai pas hésité un seul instant et ensemble, mon staff et moi, nous nous sommes engagés. C’est une joie immense pour nous d’avoir relevé le défi», se réjoui Mlle Ouattara. Démarrés en décembre 2018, le bâtiment a été entièrement réhabilité, décoré et a été inauguré ce 5 mars en présence du directeur général de l’hôpital.

Sur le coût de l’œuvre, l’artiste préfère ne pas en parler : «Le montant des travaux n’a pas vraiment d’importance. Ici c’est le geste qui compte. Et même avec peu de moyens, on peut donner un sourire tellement large au monde.» Par cet acte, Malika La Slamazone espère ainsi attirer l’attention des Burkinabè sur le manque d’infrastructures hospitalières et leur demander également d’apporter si possible, leur pierre. Parce que pour elle, «la santé des enfants nous incombe tous.»



FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé