Aujourd'hui,
URGENT
Burkina Faso : Morgan Henry, un sergent-chef de Barkhane retrouvé mort dans son campement le 16 février. Cause inconnue, enquête ouverte. 
Burkina: Le Premier ministre, Christophe Dabiré, effectue, les 14 et 15 février 2020, une visite officielle dans la région du Sud-Ouest. 
Yagha: un Pasteur et des membres de sa famille -dont ses enfants- exécutés ce 13 février 2020  par des hommes armés non identifiés. 
Fada N'Gourma : 8 assaillants abattus et un autre capturé le 10 février 2020 dans l'attaque contre le poste de gendarmerie de Tanwalbougou.
Chine: le nombre de personnes contaminées par le coronavirus a dépassé 20 400, le virus a tué 425 personnes.  
USA: Le célèbre basketteur Kobe Bryant est mort dans un accident d'hélicoptère. Il était âgé de 41 ans.
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale

SOCIETE

De la fumée noire, tantôt blanche, un magasin calciné, d’énormes dégâts matériels enregistrés, c’est le nouveau visage de l’entrepôt de stockage de la librairie Diacfa situé au centre-ville de Ouagadougou après le passage d’un incendie déclenché ce mardi 26 janvier 2019 matin aux environs de 9 heures.


A notre arrivée sur les lieux, des soldats de feu et une équipe de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne (Asecna) étaient à pied d’œuvre. Selon des témoins, c’est aux environs de 9 heures que le magasinier a alerté le personnel.

Et aux dires du 1er adjoint au maire de la commune de Ouagadougou, Moussa Belém, le magasin, à tout point de vue, était hermétiquement fermé et pour le moment, les causes de l’incendie ne peuvent être déterminées. «Jusque-là, nous ne connaissons pas l’origine de l’incendie», a-t-il affirmé. Pour lui, l’essentiel était de pouvoir maitriser le feu. «C’est dommage que cela fasse près de 2heures de temps (ndlr au moment de l’interview) que les équipes des sapeurs- pompiers et de l’Asecna qui soient venues et qu’on arrive toujours pas à circonscrire le foyer. Pour tout dire, il y a un problème d’accessibilité sinon, l’équipement déployé doit pouvoir éteindre très rapidement le feu» a expliqué M. Belém.

Des explications du commandant de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers, le colonel Ernest Kisbedo, deux raisons principales ont rendu difficile la maitrise du feu.  Premièrement, commente-t-il, «il n’y a pas d’accès possible  pour les pompiers de pouvoir s’approcher et éteindre le feu.  Deuxièmement, c’est surtout la matière qui brule. C’est vrai que c’est une librairie où il y a du papier mais, il y a aussi un stockage d’encre, d’imprimantes, de photocopieurs alors que l’encre fonctionne comme de l’hydrocarbure».

A l’entendre, la non maitrise des flammes n’est pas due au moyen déployé. «Nous avons des rapports avec les pompiers de l’aéroport donc, c’est sur demande de la BNSP qu’ils sont venus nous aider. Mais, ce n’est pas un problème de moyen, c’est un problème d’accès et de la matière qui brule. Nous étions obligés de percer les murs. Même la Sonabhy nous est venue en aide avec des émulseurs pour pouvoir éteindre ce feu parce que, l’eau simple ne l’éteint pas. Nous saluons la coopération des pompiers de l’aéroport et de ceux de la ville», a expliqué le colonel Kisbedo. 

Pour l’instant, la perte du magasin de stockage qui contenait de la papeterie, de l’encre et des imprimantes ne peut être évaluée, d’après le Directeur général de Diacfa, Joseph Fadoul. Mais, il a signalé que, hormis les dégâts matériels, le magasinier «légèrement» blessé a été conduit dans une clinique. «Pour l’instant, l’origine de l’incendie est inconnue. Ce sont les experts des assurances et les enquêtes de la police scientifique qui pourront déterminer les causes», a-t-il conclu.

Le 1er adjoint au maire a fait savoir que des dispositions sont entrain d’être prises au niveau des autorités afin d’éviter ce genre d’évènement «malheureux» dus aux manques d’ouvertures des bâtiments.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé