Aujourd'hui,
URGENT
Migrations: les migrations africaines vers l'Europe en recul depuis 3 ans selon l'OCDE
Burkina: 5 soldats tués dans une embuscade à Toéni dans la province du Sourou (Boucle du Mouhoun)
Tunisie: l’ancien président en exil Ben Ali est mort à 83 ans en Arabie Saoudite
Burkina: «Plus de 46 000 enfants non scolarisés ont été enregistrés au niveau des déplacés internes » (Stanislas Ouaro)
RDC: l'armée affirme avoir tué le chef de la rébellion rwandaise FDLR
Burkina: les télévisions privées débourseront 75 millions de FCFA par an pour la redevance TNT
Hadj 2019: 2 agences de voyage suspendues, 6 décès enregistrés dans la délégation burkinabè 
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés

SOCIETE

Placé sous le thème «Les biotechnologies pour la valorisation des produits locaux et la maitrise des propriétés intellectuelles pour les applications industrielles en Afrique de l'ouest», un atelier du Réseau Ouest-africain de biotechnologie 2019 ( R.A.biotech) s’est tenu du 25 aun 26 février 2019 à l'Université Ouaga 1, professeur Joseph Ki- Zerbo. Cet atelier selon les initiateurs, vise entre autres, à recueillir les contributions de différents partenaires intervenants dans le domaine de l'agro-biotechnologie afin d'identifier et d'améliorer  les besoins des acteurs au niveau de la recherche pour la valorisation des produits locaux.



Le R.A.biotech a été créée en 2002 au département de Biochimie -microbiologie de l'Université Ouaga 1 Joseph Ki-Zerbo. Les universités membres fondateurs provenaient des pays d'Afrique de l'Ouest. Il a pour objectif principal de travailler à l'introduction durable de la biotechnologie en Afrique, en abordant les questions de sécurité alimentaire, de la biosécurité, de la protection de l'environnement et des préoccupations de toutes les parties prenantes. Notamment les petits exploitants et consommateurs jusqu'aux décideurs politiques et industriels.

L'agriculture au Burkina, continue d'être en proie à une faible résistance aux stress biotiques et abiotiques et des pertes post -récolte élevées d'après les organisateurs de l'atelier. A toutes ces difficultés, s'ajoute la faiblesse de la formation par industrialisation et de la valorisation des productions locales. Les contraintes alimentaires, économiques, énergétiques et environnementales associées à des enjeux sociétaux de plus en plus marqués, imposent une nouvelle orientation de l'enseignement supérieur vers les formations qui tiennent compte des besoins réels de toutes les parties prenantes aux dires des initiateurs dudit atelier.

Regroupant des chercheurs, des universitaires, des industriels, des ONG et différents acteurs de la société civile impliqués dans le domaine de la production, de la transformation et de la conservation des produits locaux, cet atelier vise à identifier les besoins des acteurs au niveau de la recherche pour la valorisation des produits locaux et à améliorer leurs connaissances en matière de propriété intellectuelle. Pour le  professeur Alfred Traoré, président  du R.A.biotech, la biotechnologie couvre un large domaine de compétence. faisant mention de l'atelier, il a indiqué qu'il visait  à former les étudiants et les  jeunes chercheurs sur la possibilité qu'ils ont de transformer les produits locaux.

Pour le ministre des Enseignements supérieurs, de la Recherche scientifique et de l'Innovation, Alkassoum Maïga, cet atelier abordera des préoccupations importantes  pour l'Afrique parce que «dans le monde, environ 257 millions de personnes  vivent en continue dans la famine  et sur ce nombre, il y a 237 millions qui sont d'Afrique subsaharienne». «Rien que ce chiffre permet à tout un chacun d'être interpellé et de savoir quels sont les défis du moment et chercher à produire plus et mieux pour que plus jamais, des individus dans leur dignité ne soit atteint au point d'être réduit à la famine. Aujourd'hui, la science dispose d'un moyen de faire en sorte que nous ne soyons plus dans ces souffrances et ce sont les biotechnologies. Elles nous permettent d'avoir des productions dans tous les domaines y compris l'agriculture, l'élevage pour faire face aux défis de nos populations. Que des chercheurs du laboratoire du Burkina aient invité d'autres du Sénégal, de la Côte d'Ivoire, du Togo, du Bénin à la réflexion, je pense que c'est un évènement important pour le Burkina et toute l'Afrique», a laissé entendre le ministre.

Prévu en trois axes, des questions entre autres sur «Quels nouveaux développement peut-on s'attendre en sciences biotechnologiques et les applications», «Comment les applications  actuelles de la biotechnologie concernent les systèmes agricoles en Afrique de l'Ouest» seront abordées.

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé