Aujourd'hui,
URGENT
Médias: un incendie a ravagé ce matin les  locaux de la télévision BF1. Pas de blessé, mais d'importants dégâts matériels.
Burkina: le secteur minier, c’est 71% des recettes d’exportation,  50 tonnes d’or produites en 2019 qui ont rapporté 1420 milliards FCFA.
Mines: en 2020, l’exportation d’or a rapporté près de 2 000 milliards de FCFA au Burkina (Oumarou Idani). 
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  

Image d'illustration

SOCIETE

La Société nationale d’Aménagement des Terrains urbains (Sonatur) a annoncé ce mardi 29 janvier 2019 que seules 417 parcelles n’ont pas été mises en valeur sur un total de 6482 parcelles sur l'ancien site A de Ouaga 2000, qui va de l’échangeur de Ouaga 2000 au Golf Club.

Pour joindre l’acte à la parole, le premier responsable de la Sonatur a promis transmettre la liste au aux autorités compétentes pour qu’elles engagent les procédures de retrait de ces parcelles. Ces propriétaires avaient été interpellés en août dernier sur l’impérative mise en valeur de leurs parcelles d’ici le 31 décembre 2018.

Dans le site A de Ouaga 2 000 concerné, les investigations ont permis de recenser 6 482 parcelles. A la fin de l’ultimatum,  6065 parcelles ont été mises en valeur et 417 non mises en valeur, soit un taux de 93,60%. 

En rappel, l’esprit de l’opération était de pousser « les gens à investir et changer la physionomie de la ville», avait affirmé le secrétaire général du ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat, Léon Paul Toé.  Un ultimatum d’un mois avait été également donné aux détenteurs de parcelles  non mises en valeur dans la Zone d’activités commerciales et administratives (ZACA, centre de Ouagadougou), pour se mettre en règle.