Aujourd'hui,
URGENT
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie
Burkina: l'ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend officiellement les rênes de la Caisse des dépôts et consignations
Soudan: le régime militaire annonce avoir déjoué une «tentative de coup d’État»
Paludisme: «La tendance de la mortalité est en baisse» au Burkina Faso (AIB)
Coopération: le Burkina Faso et le Niger signent un accord pour le développement de leur zone frontalière (AIB)

SOCIETE

L’Union Police Nationale (Unapol) a animé une conférence de presse ce lundi 14 janvier 2019 à Ouagadougou. Suite à la mort des deux policiers  à Nafona, (commune de Soubakaniédougou/Province de la Comoé), l’Unapol  a une fois de plus insister sur l’urgence pour les autorités de prendre toutes les mesures nécessaires afin d’améliorer la protection physique et juridique du policier.

Deux policiers, notamment  le commandant de corps urbain de Banfora, Wolé Gilbert Sangaré et le commissaire du district de Soubakaniédougou, Telesphore Kyélem ainsi qu’une dame ont trouvé la mort le samedi 12 janvier 2019 à Nafona, village situé  à environ 70 km de Banfora suite à une opération d’interpellation.

Selon l’Unapol, les événements qui se sont produits à Nafona sont « inadmissibles, inacceptables et intolérables » dans un Etat de droit. «Ce qui est plus inadmissible c’est l’attitude du gouvernement et de la hiérarchie policière. Nous sommes à présent convaincus que les policiers sont orphelins de leur hiérarchie au vu de son inaction et de son manque d’initiative face aux problèmes des policiers. La hiérarchie se contente de dire qu’il faut effectuer telle ou telle mission sans mesurer l’ampleur du risque » a déploré le secrétaire général de l’Unapol Armyao Zongo.

A en croire les conférenciers du jour, l’accomplissement des missions « dangereuses » par la police, à qui le gouvernement semble refuser et sans aucune raison « valable » toute protection, doit interpeller la hiérarchie à prendre toutes les précautions nécessaires pour la sécurité du policier afin d’éviter  de les endeuiller ainsi que leurs familles : « quand il n’y a pas de moyen c’est inadmissible d’envoyer des policiers à l’abattoir. Le degré de risque a augmenté au Burkina  Faso et nous le savons tous. Il appartient à la hiérarchie de se rendre compte qu’il faut des moyens de protection pour les policiers ».

Au gouvernement, l’Unapol appelle à la fermeté parce que selon elle, le pays se meurt et malgré l’état d’urgence les attaques se poursuivent. A l’endroit de la population, l’Unapol a condamné fermement les comportements « barbares et inhumains » envers les policiers. «Aucune police au monde n’est à l’abri des incidents de tirs. Nous rappelons à la population de ce pays que les policiers sont aussi des Burkinabè et comme elle, ils ont aussi droit à la vie et bénéficient de l’ensemble des droits de l’homme garantis par la constitution et les instruments juridiques internationaux. Vous ne pouvez pas demander à la police d’assurer votre sécurité pendant que vous lynchez lâchement et sauvagement des policiers en mission dans une République » a affirmé le secrétaire général.

L’Unapol a par ailleurs annoncé qu’elle portera très prochainement  plainte auprès des juridictions compétentes contre les personnes qui ont participé d’une manière ou d’une autre à ces actes « ignobles » qui ont coûté la vie à deux des leurs.  En attendant, la police nationale observe un arrêt de travail pendant que l’Unapol dépêche une équipe ce jour sur les lieux du drame.

 

 

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé