Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats
Justice: la CPI ordonne le maintien en détention de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo
Colombie: au moins 21 personnes ont été tuées et dix autres blessées  dans un attentat à la voiture piégée, à Bogota
Yémen: les observateurs de l'ONU cibles de tirs à Hodeïda, ils sont sains et saufs, selon les Nations unies (RFI)
Ghana: un journaliste d’investigation assassiné à Accra
Burkina: le Canadien Kurk Woodman, enlevé dans la nuit du 15 au 16 janvier à Tiabangou (Région du Sahel) a été retrouvé mort

SOCIETE

Ils étaient des milliers de Burkinabè à battre le pavé dans les rues de Ouagadougou ce samedi 12 janvier 2019. A travers une marche suivie de meeting, le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) et d’autres acteurs de la société civile interpellent le gouvernement Burkinabè à rétablir l’Etat de droit et justice pour les victimes de Yirgou.

Le vivre-ensemble dans un Etat de droit est plus qu’un impératif. Mais selon les marcheurs de ce samedi, les évènements de Yirgou viennent démontrer qu’il peut être mis à mal et ce, de façon anodine. «Accepter de vivre ensemble en respectant les différences entre les uns et les autres», tels sont les maîtres mots de ce meeting au cours duquel, le Dr Daouda Diallo, porte-parole du CISC a rappelé que «C’est la diversité des couleurs du tapis qui lui donne son éclat».

Du bilan actuel de la situation à Yirgou, Daouda Diallo révèle qu’il est de 75 morts et plus de 6000 déplacés. Il précise que les chiffres continuent d’évoluer sur le terrain. Sur le plan sociale, tout en reconnaissant qu’une bonne assistance est mise en place dans la commune de Kelbo et à Arbinda, Daouda Diallo fait remarquer que les déplacés ont de sérieux problèmes pour se nourrir, se vêtir et se soigner. «La prise en charge psychologique laisse à désirer. Sur le plan économique, beaucoup de biens ont été détruits et emportés. Les animaux des déplacés sont toujours pris en otage par les Koglwéogos qui prétendent s’approprier ou hériter désormais de ses animaux», déplore M. Diallo.

Convaincu que seul un Etat fort peut venir à bout de cette violence du fait du terrorisme, le collectif estime que l’autorité de l’Etat doit s’affirmer plus que jamais pour que cesse le cycle de violence des Burkinabè contre des Burkinabè. Il appelle toutes les composantes de la nation burkinabè à se mobiliser pour promouvoir la vérité, la justice, la paix et le vivre-ensemble. «Evitons de tomber dans la conjecture et la stigmatisation en cherchant à identifier nos bourreaux. Les citoyens doivent se départir des accusations gratuites et fortuites de même que les préjugés au nombre desquels, le délit de faciès. En voulant dresser le portrait-robot du terroriste, nous ne devons pas lui attribuer un faciès ethnique. En le faisant, nous rendons plus service aux terroristes qu’à nous-même», a conclu Daouda Diallo.

Aussi, le collectif lance un appel pressant à contribution des autorités administratives et coutumières dans la promotion des mécanismes traditionnels de règlement et de gestion des conflits aux côtés des mécanismes institutionnels existants. 

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé