Aujourd'hui,
URGENT
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat
Ghana: libération des deux Canadiennes kidnappées dans la région Ashanti
Burkina: 419 269 à la conquête du CEP 2019 soit une baisse de 7% par rapport à l'année précédente 
Afrique: le Botswana décriminalise l’homosexualité
France: Édouard Philippe lance l'acte II du quinquennat au cours de sa déclaration de politique générale 
Burkina: les avocats mettent fin à leur débrayage entamé depuis le 23 avril
Nécro: décès de Benoît Kambou, l’ambassadeur du Burkina au Tchad

SOCIETE

Deux policiers et une dame ont trouvé la mort, ce samedi matin, au cours d’une interpellation à Nafona, dans la commune Soubakagnedougou, dans la Comoe. 

Selon des sources concordantes, sur ordre du procureur de Banfora, les hommes de tenue sont allés pour interpeller cinq personnes impliquées dans un conflit foncier. La tante d’une d’elle s’est opposée à l’arrestation.

La police a alors fait des tirs de sommation dont une balle a fauché mortellement la dame. La population a, en représailles, tué deux policiers dont le commandant de Banfora et le commissaire de district de Soubakagnedougou. 

Selon plusieurs sources locales, le conflit foncier date de juillet 2016 et oppose, un habitant de Kankalaba qui exploite le champ depuis 40 ans aux autochtones de Nafona. La justice avait tranché en sa faveur. Mais les populations lui avaient interdit l’accès de son champ. 

En août 2018, il a interpellé la justice et la police avait convoqué les «condamnés».

Se sentant lésés, ils ont saccagé son domicile.

Une nouvelle convocation leur a été adressée. Ils ont opposé un nouveau refus d’obtempérer. C’est ainsi que le procureur a donné mandat à la police de les interpeller.

SIDWAYA

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé